Un audit pour fermer des églises à New York

Pocket
Article pouvant être lu en 2 minute(s) (hors éléments audio ou vidéo)

USA – NEW YORK

Lu sur le blog d’Isabelle de Gaulmyn, Une foi par semaine sur La croix.com :

Peut-on supprimer des églises à Paris ?

(…) « Nous n’avons plus les moyens de dépenser 40 millions de dollars pour des églises inutilisées » a souligné le cardinal Timothy Michael Dolan. L’archevêque refuse de voir ses prêtres s’user à desservir plusieurs paroisses dans la même journée. Même si ce discours est sans doute plus audible de ce côté-là de l’Atlantique que dans la vieille Europe, ce chantier n’est pas sans provoquer douleur et larmes.

 

Un audit

L’archevêque de New York a demandé à une société d’audit de faire une évaluation des paroisses, de leur potentiel, de leur fréquentation, et au final de leur « rentabilité ». Le processus a été relativement transparent, les catholiques consultés. Pourtant, certaines communautés de la ville américaine sont aujourd’hui en deuil, tant ces bâtiments sont aussi porteurs d’une histoire et de leur mémoire: ainsi de cette paroisse dont la construction a été financée par les premiers émigrants italiens, avec leurs maigres salaires des débuts. Ou cette autre, qui accueille la communauté portoricaine, et symbolise pour eux la porte d’intégration vers les États-Unis…

En France

En France aussi, le débat existe, même si il, reste pour l’heure surtout limité aux zones rurales. Il est douloureux. L’exemple américain est sans doute à méditer, par son ampleur, et sa volonté d’anticiper sur une évolution considérée comme inéluctable. Pour le diocèse, il vaut mieux mettre de l’argent dans des écoles,  ou des institutions caritatives que des pierres sans âmes. Au Canada, au Québec, voilà déjà longtemps que des églises sont revendues, et transformées pour d’autres activités, dans une indifférence qui nous choque, nous, européens…

Lire l’article dans son intégralité sur la-croix.com

 

 » La frontière n’est pas entre « ceux qui vont à la messe » et « ceux qui n’ont vont pas ». Elle est entre ceux qui se résignent aux limites de l’immédiat et ceux qui ne résignent pas à l’effacement plus ou moins rapide de ces signes vivants que sont nos églises. »  Mgr Claude Dagens in Nos églises sont des signes pour tous, Patrimoine et cadre de vie N° 193 octobre 2014

(25 visites sur cette page - compteur installé sur le site le 22 juillet 2014)
(1 visites aujourd'hui)
Pocket

Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
Notifier de