Résurrection d’une église condamnée à la démolition

Article pouvant être lu en 1 minute(s) (hors éléments audio ou vidéo)

 

Surprenant mélange d’architecture néo-byzantine et d’Art déco, l’édifice cominois rayonne à nouveau. Située sur la Grand-Place et à deux pas de la Lys, frontière naturelle avec la Belgique, cette église a pourtant failli être rayée du paysage.

L’église restaurée bénéficie d’une nouvelle mise en lumière, dévoilée à l’occasion des fêtes.  Photo Ludovic Maillard

L’église restaurée bénéficie d’une nouvelle mise en lumière, dévoilée à l’occasion des fêtes. Photo Ludovic Maillard

(…) Au fil des ans, la structure fait signe de faiblesses. Le béton se détériore, ainsi que les milliers de carreaux de faïence qui offrent au dôme son aspect moiré et graphique. Des problèmes d’étanchéité apparaissent.

Plutôt que de se lancer dans de coûteuses réparations, la ville évoque une destruction. Les Cominois sauvent l’édifice, en se prononçant contre ce projet en 1996, lors d’un référendum local. En 2002, l’église est classée Monument historique… Lire la suite sur lavoixdunord.fr

A propos de démolition et de référendum :

Commentaires via facebook
(37 visites sur cette page - compteur installé sur le site le 22 juillet 2014)
(1 visites aujourd'hui)

Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
Notifier de