Le robot Norio reçoit le 1er prix Patrimoine et Innovation

Pocket
Article pouvant être lu en 11 minute(s) (hors éléments audio ou vidéo)

 

Le Centre des monuments nationaux se félicite de la victoire du robot de visite du château d’Oiron « Norio » qui a remporté le premier prix Patrimoine & Innovation(s) du Club Innovation & Culture le 6 février 2015

100 ans CMN(Communiqué) Depuis novembre 2013, le robot Norio (anagramme anacyclique de Oiron) permet aux visiteurs à mobilité réduite du château d’Oiron de découvrir, depuis le rez-de-chaussée, les salles situées à l’étage pour une visite à la fois distante et active.

Depuis le poste de pilotage, par l’intermédiaire d’une souris, le « visiteur-pilote » peut se déplacer à travers les salles, mais également écouter et interagir avec les autres personnes présentes physiquement à l’étage. Ce robot innovant participe au déploiement d’un nouveau type d’offre de visite aux publics jusqu’alors empêchés. Il s’inscrit pleinement dans la politique d’accessibilité voulue par le Centre des monuments nationaux (CMN).

A la fin de l’année 2014, Norio a été choisi pour faire partie des 45 innovations présentées au premier prix Patrimoine & Innovation(s) du Club Innovation & Culture (CLIC France), aux côtés d’autres propositions numériques du CMN : le site virtuel de la grotte de Font-de-Gaume, le jeu vidéo « OFabulis » et le projet participatif « Au Panthéon ! », une installation de JR. Cette initiative était destinée à valoriser l’innovation dans les lieux de patrimoine artistique, historique et scientifique en récompensant le meilleur site web, la meilleure application mobile et toute autre initiative numérique lancés en 2014.

Après avoir mobilisé près de 2 300 voix d’internautes en sa faveur, Norio est parvenu en finale pour finalement être choisi comme le meilleur projet par un jury de professionnels composé d’Alexia Guggemos (critique d’art et journaliste), de Raphaël Berger (directeur du département média et numérique de l’IFOP) et de Pierre Giner (artiste).

Le Centre des monuments nationaux est fier de ce prix qui montre sa volonté d’intégrer le numérique dans le développement de l’offre de visite au sein des monuments qu’il gère et ouvre au public.

C’est dans ce cadre que d’autres initiatives voient le jour. Ainsi un livre d’or numérique sera expérimenté dès le 12 février au château d’Oiron. Ce dispositif innovant va permettre aux visiteurs, via un dispositif in situ et participatif, de commenter leur visite, de déterminer leur oeuvre ou espace préférés et de partager leur impression. Ce projet, soutenu dans le cadre de l’appel à projets services numériques innovants du ministère de la Culture et de la Communication, réalisé avec la start up GuestViews et en partenariat avec Rurart (centre d’art situé à Rouillé), constitue une nouvelle manière d’intégrer le numérique dans l’expérience des visiteurs dans les monuments nationaux. Il sera déployé sur cinq autres sites du CMN dans les mois à venir (Panthéon, maison de George Sand à Nohant, château de Vincennes, abbaye de Montmajour et cathédrale de Saint-Denis).

L’installation de Norio dans d’autres monuments gérés par le Centre des monuments nationaux est actuellement en cours d’étude.

Norio, un robot de visite pour entrer dans l’histoire

Ce projet, imaginé en 2010 par l’équipe du château d’Oiron, et mis en oeuvre par deux roboticiens français de la jeune société « Droïds Company », a pour but de permettre à des visiteurs en situation de handicap moteur de découvrir des espaces et des oeuvres d’art qui leur étaient jusqu’alors inaccessibles et de décider eux-mêmes des conditions de leur visite qui, bien que distante, est simple, réelle et autonome.

Depuis le « poste de pilotage » installé au rezde-chaussée du château, les visiteurs dirigent, par l’intermédiaire d’une souris d’ordinateur ou d’un joystick, le robot mobile pour lui faire parcourir des espaces, où les arts de la Renaissance, du XVIIème siècle et d’aujourd’hui se côtoient, tels que la salle d’armes, le cabinet des muses, le salon des émigrés ou encore la grande galerie peinte. Chaque « visiteurpilote » reçoit, en direct, une transmission
audio et vidéo HD de son cheminement et peut lui-même communiquer, via le robot, avec toute personne parcourant les mêmes lieux, qu’il s’agisse d’amis, d’autres touristes ou d’un guide du château d’Oiron.

Norio répond à la fois à l’objectif d’être aisément utilisable par des néophytes et aux contraintes imposées par la circulation d’une machine dans un monument historique ouvert au public. Mais il constitue aussi un nouveau type d’offre qui permet dès à présent au Centre des monuments nationaux de proposer au château d’Oiron une visite plus complète à des publics jusqu’alors empêchés.

Partenaires

La création du robot de visite du château d’Oiron est le fruit de multiples coopérations. Dès l’origine, plusieurs partenaires publics, engagés dans une politique d’accessibilité de la culture pour tous, ont souhaité s’associer au Centre des monuments nationaux, porteur du projet.

Ainsi l’Union Européenne, au travers du dispositif Leader (coordonné par des élus du nord des Deux-Sèvres), la région Poitou-Charentes et le département des Deux-Sèvres ont soutenu cette innovation.

Mais parce qu’un outil de médiation ne peut se construire sans ses usagers, le Centre des monuments nationaux et Droïds Company ont régulièrement consulté des personnes en situation de handicap moteur au cours de leur travail de conception. Des échanges ont aussi été menés entre l’équipe du château d’Oiron, les roboticiens et des membres de la délégation des Deux-Sèvres de l’APF (Association des Paralysés de France).

Pourquoi un robot ?

L’idée de créer un robot de visite est née de la volonté de l’équipe du site de permettre au public handicapé moteur de découvrir la majorité des
espaces situés à l’étage du château d’Oiron. Si l’aménagement d’un ascenseur reste l’intervention privilégiée par le Centre des monuments nationaux,
cette solution n’était pas transposable à court terme au château d’Oiron. De même, un document de visite détaillant un contenu qui ne pouvait être vu,
l’installation d’une borne présentant une vidéo des salles ou une visite virtuelle n’étaient pas pleinement satisfaisants.

Face à ces choix, le principal intérêt du robot de visite, inspiré par les premiers robots de téléprésence déjà utilisé par le milieu de l’entreprise, est de laisser aux visiteurs distants la possibilité d’interagir avec les lieux qu’ils explorent et les personnes qui s’y trouvent.

Pourquoi au château d’Oiron ?

Le Centre des monuments nationaux participe à la mission « Culture et handicap », mise en place par le ministère de la Culture et de la Communication, qui regroupe 25 établissements publics. Dans ce cadre, le CMN anime un groupe de travail sur l’accueil des visiteurs handicapés mentaux. Il a notamment coordonné la rédaction d’un guide intitulé « Equipements culturels et handicap mental », édité par le ministère de la Culture et de la Communication. Il co-anime également, en lien avec la direction générale des Patrimoines, un groupe de travail s’attachant à l’évaluation des attentes et pratiques culturelles des personnes en situation de handicap dans les lieux de culture sous la tutelle du ministère.

Depuis plusieurs années le château d’Oiron cherche et initie des moyens d’améliorer son accessibilité aux visiteurs en situation de handicap afin de faire de cette démarche d’ouverture à de nouveaux publics un véritable facteur de développement. C’est ainsi que l’équipe du Centre des monuments nationaux sur le site réalise régulièrement des actions destinées aux personnes souffrant de déficiences visuelles, auditives, intellectuelles ou physiques avec pour dénominateur commun de répondre aux besoins du public visé tout en s’intégrant au projet culturel ou éducatif spécifique du monument.

Les grandes étapes du projet

En 2010, après une recherche menée par le monument auprès d’entreprises spécialisées dans la vente de matériel robotique sur le marché français, il s’est avéré qu’il n’existait pas de robot de téléprésence adapté à une circulation dans un lieu aussi complexe qu’un monument historique tout en restant manipulable directement par un utilisateur non expérimenté.

Le monument a néanmoins poursuivi ses recherches en souhaitant trouver une entreprise capable de développer techniquement un outil répondant aux objectifs. Cette entreprise devait s’intéresser aux domaines de l’aide à la personne et réunir différentes compétences technologiques.

Un an auparavant les roboticiens de Droïds Company avaient déjà produit et commercialisé un modèle d’expérimentation pour le compte du laboratoire IBISC de l’Université d’Evry. C’est ce modèle baptisé LINA, qu’ils avaient présenté publiquement lors du Téléthon 2009, afin de promouvoir l’usage de leur robot dans le cadre du maintien à domicile de personnes légèrement dépendantes.
Une démonstration en laboratoire des fonctionnalités de LINA et un échange entre les

chercheurs et l’équipe du CMN, autour du projet du château d’Oiron, ont confirmé l’intérêt d’une collaboration. Une réflexion commune a, dès lors, été engagée pour répondre au mieux aux objectifs et contraintes techniques liés à la mise en service d’un « robot médiateur » capable de devenir,
dans les étages du monument, l’avatar d’un visiteur situé au rez-de-chaussée.

Le robot devait être contrôlable par une interface accessible pour des visiteurs non-experts et adaptée à différentes formes de handicaps. Le système complet devait permettre aux visiteurs de concevoir librement leur parcours dans les zones couvertes par le réseau wi-fi sans que le robot lui-même ou son environnement humain ou matériel ne puissent être mis en danger par une erreur de pilotage. Les informations échangées entre le robot et le poste de contrôle tout comme la déambulation du robot lui-même devaient être les plus proches possible du rythme et de la souplesse d’une visite « directe ».

Entre 2011 et fin 2012, le Centre des monuments nationaux a fait installer au château d’Oiron, un système de couverture wi-fi dédié au contrôle de déambulation du futur robot. Simultanément, Droïds Company menait ses recherches en laboratoire et, régulièrement, expérimentait le site pour concevoir, en lien avec l’équipe du monument, le robot qui répondrait au projet.

Ce travail commun aboutit en novembre 2013 avec la première mise en service dans le monument du robot fabriqué par Droïds Company. Celui-ci est désormais dirigeable par tous les visiteurs à mobilité réduite depuis l’espace aménagé spécifiquement par le Centre des monuments nationaux au rez-de-chaussée du château.

Et demain ?

La première utilité du robot de visite du château d’Oiron est donc de mettre à portée de regard des visiteurs handicapés, davantage de salles et d’oeuvres que celles qu’ils auront pu découvrir directement au rez-de-chaussée. Mais d’autres usages possibles de ce robot s’annoncent déjà pour l’avenir à Oiron ou ailleurs :

  • La visite distante du château d’Oiron, via une connexion Internet et un ordinateur, pour des publics empêchés depuis un hôpital ou le domicile d’un particulier ;
  • Le relais par le robot de l’intervention à distance d’un guide/interprète (LSF pour un public sourd, langues étrangères pour des visiteurs de différentes nationalités…) ;
  • L’accès à des sites inaccessibles pour des raisons techniques ou interdits au public pour des raisons de conservation (musée dans un bâti ancien et de petite dimension, grotte préhistorique…).

Le Prix Patrimoine & Innovation(s) du CLIC France

Créé en octobre 2008, le Club Innovation & Culture, CLIC France réunit les musées, lieux de patrimoine et lieux de culture scientifique français sensibilisés aux problématiques des nouvelles technologies numériques et de leurs usages. Le Club bénéficie du soutien du
ministère de la Culture et de la Communication.

Depuis sa création, le CLIC France a organisé 40 évènements et accueilli plus de 800 professionnels et experts de la culture et des technologies numériques. Le CLIC est ainsi devenu un réseau unique en France, au carrefour de la culture et de l’innovation technologique.

Dans le prolongement de ses activités (ateliers, rencontres et visites), le CLIC France a souhaité créer un évènement annuel, espace de rencontres, d’échanges et de partage entre les professionnels des lieux culturels et les experts : les Rencontres Nationales « Culture & Innovation(s) ».

A l’occasion de la 6ème Rencontre Nationale Culture & Innovation(s), le CLIC France crée le Prix Patrimoine & Innovation(s) destiné à valoriser l’innovation dans les lieux de patrimoine artistique, historique et scientifique en récompensant le meilleur site web lancé en 2014, la meilleure application mobile mise en téléchargement en 2014 et toute autre initiative numérique mise en oeuvre en 2014

(78 visites sur cette page - compteur installé sur le site le 22 juillet 2014)
(1 visites aujourd'hui)
Pocket

Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
Notifier de