Fontainebleau ouvre son boudoir turc au public

Article pouvant être lu en 2 minute(s) (hors éléments audio ou vidéo)

 

SEINE-ET-MARNE

Boudoir Turc 5 © Editions Monelle Hayot - Alo PaistikAprès 7 ans de travaux, le boudoir Turc sera ouvert au public, pour la première fois de son histoire, à partir du 11 mai 2015.

(Communiqué) Le boudoir Turc de Fontainebleau est le dernier témoignage existant des “turqueries royales” en vogue dans un XVIIIe siècle largement inspiré par l’Orient. Conçu en 1777 pour Marie-Antoinette par les frères Rousseau, il compte parmi les joyaux du château. L’originalité, la préciosité et la modernité des turqueries s’y expriment pleinement à travers une harmonie exceptionnelle entre le décor et le mobilier, mais aussi par la richesse extraordinaire des matériaux, le choix des motifs empruntés au répertoire oriental, tout autant que par les effets de lumière créés par les glaces mouvantes et la transparence des tissus.

décor du boudoir turc de Fontainebleau (c) Violaine Oslé / Chateau de Fontainebleau

décor du boudoir turc de Fontainebleau (c) Violaine Oslé / Chateau de Fontainebleau

Après les dispersions révolutionnaires, l’impératrice Joséphine redonne vie au boudoir en y installant, à partir de 1806, sa “petite chambre à coucher”. Elle commande alors à Jacob-Desmalter un nouveau mobilier garni d’un velours scintillant rappelant le fameux goût “à la turque” et orne la pièce de précieuses étoffes : mousselines brodées, taffetas ou encore
festons lamés or à motifs vermiculés.

Le projet de restauration du boudoir a été lancé en 2007. Grâce au soutien de l’INSEAD, le décor de lambris sculptés et peints, semés d’ornements inspirés du “Levant”, a retrouvé son éclat et les mécanismes des glaces mouvantes, leur fonction d’origine.

Pour réunir les fonds nécessaires à la restauration du mobilier et des différentes étoffes qui garnissent le boudoir, le château de
Fontainebleau a lancé en septembre 2012, en partenariat avec la galerie Aveline, une opération de souscription inédite, baptisée “Des Mécènes pour Fontainebleau”. La reconstitution du boudoir à Paris, rue du Faubourg-Saint-Honoré, et la présentation des pièces de mobilier originales ont permis de réunir la somme nécessaire à la restauration des textiles, véritable travail d’orfèvre, et au retissage de l’exceptionnel velours de soie qui recouvre le mobilier. Cette opération de grande technicité a été confiée à la maison lyonnaise Tassinari et Chatel, dont la veloutière a patiemment tissé, pendant 15 mois, les 26 mètres d’étoffe indispensables.

Cette restauration exemplaire, conduite par Vincent Cochet, conservateur du patrimoine au château de Fontainebleau, et Patrick Ponsot, architecte en chef des monuments historiques, permet aujourd’hui de découvrir le subtil éclat de ce lieu magique fermé depuis plus d’un siècle.

En savoir plus sur  chateaudefontainebleau.fr

Commentaires via facebbok
(60 visites sur cette page depuis l'installation du compteur sur le site le 22 juillet 2014)
(1 visites aujourd'hui)

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz