Permis de construire de la nouvelle église de Gesté en attente (Archive 2015)

Pocket
Article pouvant être lu en 7 minute(s) (hors éléments audio ou vidéo)

 

MAINE-ET-LOIRE

Lu sur le site du Figaro, cet article publié dans l’édition papier du 28 avril 2015 et dont la version intégrale laisse pantois. J’ai modifié mon commentaire ci-dessous après un entretien avec Alain Chauviré, nouveau maire de Gesté :

À Gesté, la future «église de la haine» divise le village

.

La démolition de l'église Saint-Pierre-aux-Liens à Gesté, le 4 septembre 2013.

Dans les Mauges choletaises, la «démolition-reconstruction» d’une église oppose la mairie aux détracteurs du nouveau bâtiment.

La messe est dite à Gesté (Maine-et-Loire). Le 2 avril dernier, le rapporteur public – dont les avis sont souvent suivis par les juges – a préconisé au tribunal administratif de Nantes, qui se prononcera le 30 avril, de valider le permis de construire de la nouvelle église de cette commune de 2700 habitants, située dans les Mauges choletaises, terre éminemment catholique. La précédente – qui datait du XIXe siècle et qui n’était pas classée aux Monuments historiques – avait été démolie en grande partie il y a deux ans… Lire la suite sur lefigaro.fr

Consternant !

« <a href="http://commons.wikimedia.org/wiki/File:W1203-Geste_StPierreAuxLiens_77511.JPG#/media/File:W1203-Geste_StPierreAuxLiens_77511.JPG">W1203-Geste StPierreAuxLiens 77511</a> » par <a href="//commons.wikimedia.org/wiki/User:Llann_W%C3%A9%C2%B2" title="User:Llann Wé²">Llann Wé²</a> — <span class="int-own-work" lang="fr">Travail personnel</span>. Sous licence <a href="http://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0" title="Creative Commons Attribution-Share Alike 3.0">CC BY-SA 3.0</a> via <a href="//commons.wikimedia.org/wiki/">Wikimedia Commons</a>.

Etat de l’église Saint Pierre aux liens, à Gesté, le 24 septembre 2013. « W1203-Geste StPierreAuxLiens 77511 » par Llann Wé²Travail personnel. Sous licence CC BY-SA 3.0 via Wikimedia Commons.

L’article, lu intégralement dans l’édition du Figaro du 28 avril 2015, laisse pantois. A sa lecture, ma réaction fut d’abord vive face aux paroles du maire, reprises dans le Figaro, qui disait regretter d’avoir du « se séparer de l’ancienne église » pour des questions financières et mettant en avant la mauvaise qualité des matériaux et la faiblesse structurelle de ces églises reconstruites « à la va-vite » au XIXe siècle. Le commentaire que vous lisez actuellement a été modifié, suite à un entretien téléphonique que j’ai eu avec Alain Chauviré, maire de Gesté, le 29 avril 2015.

Il reste vrai que des arguments semblables sont avancés partout où il est question de démolir une église. Il est tout aussi vrai que partout où des églises ont été sauvées de la démolition, les devis de restauration ont été divisés d’un tiers ou de la moitié, et que des édifices, jugés fragiles ou instables, sont aujourd’hui ré-ouverts au culte ou à des projets culturels. ( Voir à Lumbres, Arc-sur-Tille, Comines, Dreuil-Hamel…)

Concernant la qualité des matériaux, l’argument a été balayé par Guy Massin Le Goff, conservateur des antiquités et objets d’arts au conseil général de Maine-et-Loire, pour qui  » la mauvaise qualité du matériau extrait des carrières (…) n’est malheureusement pas une vérité. En effet, le principal facteur dont découle le mauvais état des églises du XIXe siècle en Val de Loire ne réside pas dans ces explications souvent fantaisistes (…), mais principalement dans un défaut constant d’entretien de ces monuments. À cela plusieurs raisons que voici résumées : lorsque surviennent les lois de séparation des Églises et de l’État, ces édifices sont encore relativement neufs puisqu’ils ont entre vingt et soixante ans d’existence et qu’ils n’ont, à de rarissimes exceptions près, jamais nécessité d’interventions majeures… »

Cela étant dit, mon commentaire initial a suscité des réactions à Gesté. A la demande d’Alain Chauviré, nouveau maire de la commune, nous avons longuement échangé sur le sujet.

Si je regrette d’avoir mis en doute la sincérité du maire de Gesté, j’ai encore du mal à croire, au regard ce qui a pu se passer ailleurs, que tout a vraiment été fait pour éviter la démolition de l’église.

Je crois en la sincérité d’Alain Chauviré quand il évoque la lourde charge de son mandat, les difficultés financières de communes rurales devant à la fois répondre aux demandes croissantes de nouvelles populations qui arrivent dans la commune et à la diminution inquiétante des dotations de l’Etat. La Communauté de Communes du Centre-Mauges ( 10 communes et 23000hab) envisage de passer en Commune Nouvelle au 1er Janvier 2016. Ce projet ne remettra pas en cause, selon des précisions complémentaires du maire (le 4 mai 2015), le projet de reconstruction de l’église : « Le projet est inscrit dans les investissements de la Commune Nouvelle si elle voit le jour en 2016 ». Certes, cinq églises se sont déjà succédé tout au long de l’histoire de Gesté. Mais, à l’heure du développement durable, il parait difficile d’admettre un concept d’église jetable, destructible et reconstructible toutes les deux ou trois générations. Alain Chauviré assure que le coût de rénovation de l’ancienne église était supérieur d’au moins deux fois et demie les coûts cumulés de démolition et de construction de la nouvelle église. Soit.

Parlons maintenant de la nouvelle église. La nouvelle équipe municipale déclare qu’elle la veut « belle et unique ». Une commission se réunit actuellement pour réfléchir à son intérieur, sa décoration, son mobilier. Sera-elle contemporaine, néoclassique ou hétéroclite ? Rien se semble décidé à ce jour. Des éléments de l’ancienne église y seront-ils conservés ? Peut-être mais rien ne semble garanti.

Les travaux devraient débuter mi-2016 pour une ouverture espérée à Noël 2017. Du moins, si les découvertes archéologiques réalisée par l’Inrap, qui ont révélées des éléments intéressants comme ce sarcophage, daté du VIe au VIIIe siècles, et la possible présence d’une nécropole sous l’église, ne retardent pas le calendrier. « La municipalité attend actuellement le rapport du Conservateur de la DRAC sur la préconisation de fouilles approfondies ou la protection du site et du patrimoine permettant la reconstruction de l’église », peut-on lire dans le bulletin municipal d’avril.

L’équipe municipale souhaite que ce projet soit fédérateur. Alain Chauviré assure que « la division du village », stigmatisée dans le Figaro, ne se rencontre pas à Gesté. Il m’a confié avoir des relations personnelles fréquentes avec des membres de l’association Mémoire Vivante du Patrimoine Gestois, hormis quelques personnes qui refuseraient tout dialogue…

Aujourd’hui, quoi qu’on puisse penser du passé, l’heure semble venue à l’apaisement. Les amateurs de patrimoine et d’art sacré veilleront certainement à ce que deviendra la nouvelle église. A suivre.

BS

A propos de l’église de Gesté

A propos des démolitions d’églises

 

(1 149 visites sur cette page - compteur installé sur le site le 22 juillet 2014)
(1 visites aujourd'hui)
Pocket

Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
Notifier de