Trois belles chapelles restaurées à Versailles

Article pouvant être lu en 2 minute(s), hors éléments éventuels audio ou vidéo
Partages

 

YVELINES

Reçu le 8 juin, ce message de Jean-Louis Hannebert, architecte des Bâtiments de France honoraire et administrateur de la SPPEF :

 » Parmi bien des motifs d’inquiétude pour nos églises, je souhaite signaler trois belles restaurations financées et dirigées par la puissance publique, à Versailles :

La chapelle de la Providence, près de la cathédrale saint Louis. Superbe édifice construit en 1764 dans un style sobre et élégant. Cette chapelle-superbe -était dans un état de quasi abandon depuis de nombreuses années. Elle vient d’être entièrement restaurée intérieur et extérieur.

La chapelle du lycée Hoche, construite en 1772,  par Richard Mique pour le couvent des religieuses de Saint Augustin de Compiègne. Magnifique exemple d’architecture à disposition des lycéens de Versailles.

La chapelle de l’hôpital Richaud, rare édifice sur plan circulaire qui était abandonné jusqu’en 2010,  vient d’être entièrement restaurée et transformée en centre culturel par la Ville de Versailles. Le mois Molière s’y déroule d’ailleurs actuellement.

Les bâtiments hospitaliers ont été transformés en appartements (au lieu d’être détruits) et les jardins sont ouverts au public….

Ces trois magnifiques chantiers ont été dirigés par l’architecte Frédéric Didier, à qui il convient de rendre hommage, avec l’appui de la municipalité de Versailles dirigée par François de Mazières.

Ces mises en valeur, réalisées simultanément dans la même ville, prouvent à nouveau que notre pays est riche et qu’il est possible de restaurer notre patrimoine, à condition de le vouloir. »

Jean Louis HANNEBERT

Chapelle de la providence, Cathédrale Saint Louis de Versailles,  Sous licence CC BY-SA 2.5 via Wikimedia Commons

Chapelle de la providence, Cathédrale Saint Louis de Versailles Sous licence CC BY-SA 2.5 via Wikimedia Commons

 par DDPAlphaTiger1 - Travail personnel. Sous licence Domaine public via Wikimedia Commons

Chapelle du Lycée Hoche à Versailles avant restauration, par DDPAlphaTiger1 — Travail personnel. Sous licence Domaine public via Wikimedia Commons

chapelle Hôpital Richaud, par ChloéN /Commons Wikimedia

chapelle Hôpital Richaud, par ChloéN /Commons Wikimedia

Partages
(197 visites sur cette page selon le compteur Google Analytics installé sur le site le 22 juillet 2014)
(1 visites aujourd'hui)

Une réponse à Trois belles chapelles restaurées à Versailles

  1. CACHAU dit:

    Comment peut-on prétendre qu’il s’agit là de belles restaurations quand celles-ci ont consisté à éliminer systématiquement les apports non négligeables du XIXe siècle qui font partie de l’histoire de ces lieux. Le maitre-autel de la Providence qui avait près de 2 siècles d’existence, monté par des menuisiers versaillais talentueux avec des éléments de boiseries du château, vestiges des appartements de l’aile des Princes, a été supprimé au profit d’un mobilier contemporain. L’orgue de la chapelle de l’hôpital royal (cessons d’appeler cet endroit « Richaud ») n’a pas été remonté alors qu’il est en pièces détachés aux archives départementales. Il ne reste plus rien du mobilier religieux du XIXe. De même, la chapelle du lycée Hoche a perdu ses vitraux, son autel, bref tout ce qui en faisait un lieu de culte. Dans les deux derniers cas, il s’agit d’une laïcisation délibérée d’architectes et d’élus maçons. On comprend mieux pourquoi ils se félicitent tous de ces restaurations. Le public et les Versaillais, ô combien pratiquants, ne doivent pas être dupes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *