Alain de la Bretesche : « Vous avez dit UNESCO ? »

Pocket
Article pouvant être lu en 2 minute(s) (hors éléments audio ou vidéo)

UNESCO

Patrimoine Environnement

Dans un éditorial publié sur le site de Patrimoine Environnement, son président Alain de La Bretesche revient sur le classement ses Coteaux, maisons et caves de Champagne et des Climats des vins de Bourgogne au Patrimoine mondial de l’Humanité, en soulignant avec justesse la nécessité du respect des engagements sur ces sites classés.

Ce qui n’est pas toujours le cas comme en témoignent les exemples cités :

«  La France est très « UNESCO » : sur les 1 031 biens culturels ou naturels inscrits sur la Liste du patrimoine mondial, 41 sont désormais français. Le 5 juillet dernier, le comité international a ajouté :– Les Coteaux, maisons et caves de Champagne– Les Climats des vins de BourgogneSoit 25,14% des biens inscrits alors qu’il y a 163 États parties signataires de la convention de 1972 qui a institué la Liste du patrimoine mondial.

Et ce n’est pas fini, les candidatures locales se poursuivent : les communicants des stations méditerranéennes de Cannes et de Nice ont enclenché une surpublication dans les medias !

(…) Nous ne pouvons évidemment que nous réjouir de ce mouvement souvent issu du monde associatif auquel se sont jointes les collectivités locales trop heureuses de trouver dans ces campagnes de communication des prétextes à un tourisme culturel généralement bénéfique.

Mais, si généralement l’État, par l’intermédiaire du Ministère de la Culture et du quai d’Orsay, est présent au moment de l’inscription sur la sacro-sainte liste, il n’est guère à la manœuvre le lendemain des festivités qui ont marqué la consécration locale, en présence du chef de l’État et d’un cortège qui ne veut pas laisser passer le bénéfice politique de l’opération.

Les associations et notamment la nôtre ont, ces dernières années, passé beaucoup de temps à s’opposer aux initiatives locales susceptibles de défigurer la Valeur Universelle Exceptionnelle (VUE) des biens de la Liste mondiale : la sulfureuse « femme Loire » en plein cœur de la zone Loire, les éoliennes autour du Mont-Saint-Michel ou à proximité de Saint-Savin, les permis de construire à proximité des remparts de Provins, la bataille du « Mont-Perdu »,  et tant d’autres..

À chaque fois il a fallu mobiliser, pétitionner, communiquer alors qu’il eût suffi, par une bonne et juste application des lois de 1913 sur la protection des monuments et de 1930 sur la protection des sites, une simple décision des organes de l’État pour arrêter le pire…«  Lire l’intégralité de l’édito sur Vous avez dit : « UNESCO » ?

A ce propos lire aussi :

(239 visites sur cette page - compteur installé sur le site le 22 juillet 2014)
(1 visites aujourd'hui)
Pocket

Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
Notifier de