Brunstatt précipite la démolition d’une maison Renaissance

Article pouvant être lu en 7 minute(s) (hors éléments audio ou vidéo)

 

HAUT-RHIN

Dans un communiqué daté du 19 octobre 2015, l’Association pour la Sauvegarde de la Maison Alsacienne (ASMA) s’insurge contre la démolition précipitée d’une maison Renaissance à Brunstatt, alors qu’elle avait déposé un recours contre le projet d’arasement devant le Tribunal administratif

.

démolition maison brunsttat ASMA

(c) Association pour la sauvegarde de la maison alsacienne

Voici le texte du communiqué transmis par Bruno de Butler, président de l’ASMA:

Brunstatt : le triomphe de la bêtise.

Samedi matin 16 octobre, en plein marché et sans même prendre les mesures de sécurité nécessaires, la municipalité de Brunstatt a fait une démonstration de force en précipitant la démolition de la maison Renaissance située place de la Fontaine, après avoir été informée du dépôt d’une demande en référé de suspension du permis de démolir déposée la veille au Tribunal Administratif de Strasbourg par l’ASMA (1). Cette décision consternante clôt plusieurs semaines de tentatives de dialogue avec la municipalité, mais ne la met pas pour autant à l’abri de poursuites si le Tribunal donnait raison à l’Association. Les moyens mis en œuvre paraissent d’autant plus disproportionnés que la demande de l’Association et de nombreux habitants visait uniquement à obtenir plus de temps de concertation sur le projet d’aménagement de la place de la Fontaine et une meilleure prise en compte du patrimoine bâti avant des actes irréversibles. Face à l’entêtement des élus, les positions se sont durcies et une pétition a été lancée par des habitants, qui a réuni en quelques jours près de 300 signatures dans la commune et plus de 3000 au-delà!

Imperturbables dans leurs convictions malgré cette mobilisation et l’intervention de plusieurs personnalités hautement qualifiées dans le domaine, les élus ont poursuivi leur programme destructif, alors même qu’aucun projet n’existe à ce jour et que la faisabilité financière d’une opération qualitative n’est pas prouvée. Dans les faits, cette démolition si pressante laissera la place …à un vide de plus, censé permettre une meilleure réflexion sur l’aménagement de l’espace autour de la fontaine. Comme si les maisons existantes empêchaient de penser!

Plus d’un siècle avant la construction de cette maison détruite hier, le grand théoricien de la renaissance Leon Battista Alberti (2), fustigeait déjà « les architectes incompétents [qui] sont incapables d’organiser le site tant qu’il ne se trouve pas débarrassé de tout ce qui l’occupe et que le sol n’a pas été libéré et entièrement aplani ». Et de continuer : « à cette fin, ils lancent […] sur le site des démolisseurs armés de leur masse pour tout renverser et détruire, ce qu’ils feraient en terrain ennemi avec plus de modération. Ils commettent là une erreur qu’il faut stigmatiser ; en effet, […] il est indigne de sacrifier les travaux de nos aînés sans tenir compte des commodités que les citoyens tirent des anciennes demeures de leurs ancêtres, alors qu’il reste toujours en notre pouvoir de détruire d’abattre et d’arracher entièrement toute chose en tous lieu« . Pourrait-on mieux décrire la situation?

A moins peut-être de laisser la parole à un auteur plus proche de nous, Victor Hugo, qui en 1825 déclarait sa « guerre aux démolisseurs« …

Car le seul argument, auquel Mme le Maire s’accroche comme au Saint Graal, réside en la création d’un trottoir dans la rue du château. Cette question, qui aurait pu trouver d’autres réponses avec un peu d’imagination et de bonne volonté, serait donc la raison pour laquelle il a fallu, sans délai et un samedi matin -jour de marché, abattre une bâtisse de 400 ans qui non seulement ne présentait aucune menace, mais protégeait également la rue du Château de la circulation? Les temps changent, mais il semblerait que les humains, eux, restent les mêmes.

Sa besogne achevée, le bulldozer est resté en place tout le week-end sur les décombres, tel Saint Georges terrassant le dragon, tandis que les habitants découvraient peu à peu la nouvelle perspective sur le no-man’s land des équipements de -feue- la rue du Château.

Puis viendra le tour de la maison voisine, face à la fontaine… Faudra-t-il mettre à terre tout le village pour retrouver « l’esprit villageois » revendiqué par la municipalité?

Va-t-on, ici encore, vers un de ces projets de « centre-village » à la mode, contre lesquels nous avions mis la commune en garde début septembre? Les mêmes qui fleurissent un peu partout, au même titre que les salles polyvalentes dans les années 80 ou les « zones d’activité » des décennies suivantes, consistant à créer un grand vide improprement nommé « place » autour d’un bâtiment public et de l’équiper de quelques immeubles médiocres offrant quelques services et quelques logements mal conçus, mal réalisés et obsolètes en quelques années. Le tout accompagné d’un espace public généralement inutilisé, car conçu par des jardiniers plutôt que par des urbanistes, gérant mal les relations public / privé et laissant le meilleur de la rue à la voiture… Va-t-on ici encore vers un échec prévisible ?

Un projet ambitieux se base nécessairement sur une bonne connaissance du terrain. 

Partout dans le monde la culture -en général- et la sauvegarde du patrimoine -en particulier- sont reconnus comme faisant partie des enjeux du développement durable, au même titre que les énergies renouvelables… Or, que dire d’un projet qui, en 2015, commence par la destruction d’un bâtiment remarquable, vieux de plus de quatre siècles, alors même qu’il n’y a aucun caractère d’urgence? Sommes-nous revenus dans les années 60?

En imposant ainsi par la force la destruction de cette maison contre laquelle de nombreuses voix s’étaient élevées la municipalité de Brunstatt ne fait pas la preuve d’une grande capacité de discernement.

Surtout, en refusant tout contrôle juridictionnel sur le bien-fondé de sa décision, la Municipalité ne fait que souligner plus encore sa fébrilité dans ce dossier et démontre le peu d’attachement qu’elle accorde au débat démocratique et au respect de la réglementation applicable.

La définition du vandalisme est claire : « comportement de celui qui détruit ou endommage gravement et gratuitement des œuvres d’art, des objets de valeur… ». La démolition d’une demeure Renaissance appartenant à la commune s’apparente à un tel acte : sa rareté et sa position dans le centre lui conféraient déjà une valeur patrimoniale et urbaine ; sa destruction pure et simple, à la hâte et sans projet clair et budgétisé peut définitivement être associée à un « endommagement grave et gratuit ».

Alors oui, notre Association n’aura de cesse de dénoncer et de s’opposer à ce vandalisme moderne!

Association pour la Sauvegarde de la Maison Alsacienne, le 19 Octobre 2015

  1. Association pour la Sauvegarde de la Maison Alsacienne.
  2. Cité par Françoise Choay in « Le De re aedificatoria et l’institutionnalisation de la société« , publications de l’université de Saint-Etienne, 2006. Leon Battista Alberti (1404/1472), architecte luimême, a laissé de nombreuses œuvres qui interdisent de la classer parmi les tenants d’une supposée « muséification » des paysages urbains. Simplement il savait faire la distinction entre les interventions intelligentes, et celles qui ne le sont pas…

Voir le images de la démolition sur la page Facebook de l’association

Lire aussi à ce sujet sur le site L’Alsace.fr :

Le colombage a éclipsé la pierre /Considérées comme moins typiques de l’identité alsacienne que leurs homologues à colombages, les maisons anciennes en pierre constituent elles aussi une part remarquable du patrimoine régional, en particulier entre Mulhouse et Altkirch. Architecte conseil de l’Association pour la sauvegarde de la maison alsacienne, Rémy Claden milite pour leur réhabilitation…

 

Commentaires via facebbok
(301 visites sur cette page depuis l'installation du compteur sur le site le 22 juillet 2014)
(1 visites aujourd'hui)

Poster un Commentaire

1 Commentaire sur "Brunstatt précipite la démolition d’une maison Renaissance"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Sauvons la maison du bourg
Invité

Une honte de plus!Un massacre!!

C’est ce que veulent faire les élus dans ma commune,et détruire une maison de bourg de 200 ans,pour faire un trottoir!!
Consultez l’article de Topic-Topos ci-dessus…et aidez notre association!

wpDiscuz