La SPPEF attaque le démontage illégal des loges à l’Opéra Garnier

Article pouvant être lu en 3 minute(s) (hors éléments audio ou vidéo)

 

PARIS

Dans un communiqué daté du 3 décembre, la SPPEF attaque l’autorisation de travaux  visant à démonter les loges du Palais Garnier

Opéra Garnier, avant et après suppression des cloisons séparatives des loges

Opéra Garnier, avant et après suppression des cloisons séparatives des loges

Texte du communiqué :

« Dans son ordonnance rendue le 2 décembre 2015, le tribunal administratif de Paris reconnait l’illégalité du démontage des loges de l’Opéra Garnier, intégralement classé au titre des monuments historiques depuis 1923. C’est un cinglant désaveu pour l’Opéra national de Paris qui prétendait avoir agi en vertu d’une autorisation de la DRAC. Les travaux réalisés ont cependant été opportunément régularisés, seulement deux jours avant l’audience de référé tenue le 26 novembre 2015, ce qui a contraint la SPPEF à attaquer cette autorisation par une nouvelle requête déposée le 2 décembre. 

En effet, le dispositif de retrait des cloisons séparatives des loges, pour y placer 30 sièges supplémentaires, porte atteinte, pendant les représentations, au rythme architectural voulu par Charles Garnier. Or, il ne saurait y avoir, comme l’affirme la DRAC, une « présentation de type concert » et « de type patrimonial« , seulement accessible en visite guidée. La SPPEF entend s’opposer avec vigueur aux concepts qui sous-tendent cette autorisation : celui de monument réinventé (puisque les cloisons en bois d’origine seront détruites) et à géométrie variable (puisque les nouvelles cloisons seront retirées au moment des spectacles)

La SPPEF, soutenue par de nombreuses personnalités et amis de l’Opéra, souhaite défendre l’unité culturelle du Palais Garnier, opéra historique mariant patrimoine et spectacle vivant.

Paris, le 3 décembre 2015″

En savoir plus sur sppef.fr

Lire aussi sur le Figaro.fr

Opéra Garnier : les opposants aux travaux des loges déboutés par le tribunal

Le tribunal administratif a rejeté la requête en référé des opposants au réaménagement des loges de la salle historique. Il sera donc poursuivi, a annoncé l’Opéra jeudi.

La requête, présentée par la Société pour la protection des paysages et de l’esthétique de la France (SPPEF), demandait à l’Opéra Garnier de rétablir les anciennes cloisons d’une partie des loges, que la direction veut remplacer par des cloisons coulissantes afin de gagner une trentaine de places. L’Opéra a enlevé en août douze cloisons et installé un prototype de nouvelle cloison sur une loge, après un simple «accord de principe» de la Direction régionale des affaires culturelles (Drac).

Dans sa décision datée du mercredi 2 décembre, le tribunal reconnaît que cette installation n’avait pas recueilli l’an dernier un accord formel de la Drac, mais souligné que depuis, le préfet de la région Ile-de-France avait autorisé les travaux le 24 novembre. Le juge a donc rejeté la requête…

Lire la suite sur lefigaro.fr

 

Commentaires via facebbok
(247 visites sur cette page depuis l'installation du compteur sur le site le 22 juillet 2014)
(1 visites aujourd'hui)

Tags:

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

avatar
  Subscribe  
Me notifier des