Perpignan souhaite démolir l’ancien presbytère de la cathédrale (Archive 2015)

Article pouvant être lu en 4 minute(s) (hors éléments audio ou vidéo)

 

Dernière heure :

Presbytère de Perpignan : la démolition aura bien lieu, le bâtiment, dangereux, placé en état de péril imminent selon lindependant.fr le 16 décembre 2015 : Le bâtiment jouxtant la cathédrale et le Campo Santo sera démoli par la Ville qui, en lieu et place, érigera un nouveau bâtiment moderne. Coût du projet : 3,5 M €. Une palissade vient d’être mise en place devant le presbytère voué à être démoli (en principe à partir de septembre 2016) qui, selon la ville, est traversé par des fissures, il est donc soumis à un arrêté de péril imminent…

PYRÉNÉES ORIENTALES

Perpignan BENOUVILLE(1)La Ville de Perpignan souhaite démolir l’ancien presbytère de la cathédrale au profit d’un nouvel immeuble qui ne fait pas l’unanimité…

Le 10 novembre dernier le quotidien L’Indépendant posait à ses lecteurs la question suivante Perpignan : la ville pourrait détruire le presbytère jouxtant la cathédrale / Qu’en pensez-vous ? Le sondage qui a recueilli 2699 réponses, donne les avis suivant :

On ne touche pas au patrimoine159760.6 %
Il est temps de donner un coup de jeune58322.1 %
Je suis très partagé41315.7 %
Pas d’avis622.4 %

En outre 60,9% trouvent le nouveau projet affreux et 75.3 % trop cher.

Selon l’Indépendant, du 10 novembre 2015la ville de Perpignan n’avait pas d’autre choix. L’ancien presbytère, construit en 1900, par Léon Bénouville et acquis au diocèse par la Ville en 2014 pour 80 000 € sera bel et bien démoli, ainsi que l’annexe mitoyenne à la cathédrale. Ces deux bâtiments menaceraient de s’effondrer et présenteraient un degré de vétusté trop important, selon la municipalité, pour permettre d’accueillir du public. Mais étant en secteur sauvegardé, Perpignan se voit dans l’obligation de reconstruire la maison paroissiale.

La livraison du nouveau bâtiment, conçu par l’architecte italienne Susanna Ferrini, devrait être livré en décembre 2017

Sur le site de France Bleu Roussillon, en date du 29 novembre 2015, on peut écouter les arguments de Josiane Cabanas, élue de la majorité en charge du dossier, et ceux des riverains.

Mais les riverains et les défenseurs du patrimoine opposent d’autres arguments qu’ils m’ont transmis et que voici :

Veut-on un « ensemble cathédral « complet ou amputé ?Perpigan facade rue nouvelle

Le projet de la Ville de Perpignan consistant à raser l’ancien presbytère, édifice, acheté en 2014 à l’Association Diocésaine, se déroule actuellement dans une indifférence quasi générale. Défendu comme la seule solution envisageable à cause de l’état de vétusté du presbytère, état restant à vérifier afin d’évaluer les coûts de sa restauration, mise en comparaison avec ceux de la destruction et de l’édification de la « maison de verre » dont nous avons aujourd’hui le projet. Une seconde maison, traversante car allant du parvis de la cathédrale jusqu’à la rue Ribeil, appartient depuis très longtemps à la Ville. Non entretenu, aux ouvertures en partie murées et étayé en totalité, elle est prévue elle aussi à la démolition tout comme les deux arrières chapelles appartenant à l’État et servant de permanence paroissiale.

Dès 1898, l’architecte des cultes Léon Bénouville voulait dégager ces abords de la cathédrale en créant une voie de circulation de 6 mètres allant du parvis à la rue Ribeil, le long de l’actuel presbytère.

Cela fait plus de 100 ans que ce dossier traîne…

Mais réellement c’est à dire légalement parlant, peut-on détruire le presbytère ? Il convient de s’assurer du statut de notre immeuble, dans le cadre de la protection dont il bénéficie :

  •  La loi impose une forme de vigilance à l’égard des projets de travaux dans le champ de visibilité des monuments historiques, c’est à dire la limite des 500 mètres. Il s’agit du périmètre contraint par La loi du 25 février 1943, (modifiant la loi du 31 décembre 1913), qui considère qu’un monument c’est aussi l’impression que procurent ses abords.
  • Une seconde contrainte urbanistique protège notre bâtiment, il est situé en plein cœur du Secteur Sauvegardé (Loi Malraux du 4 octobre 1962) : le Périmètre de Sauvegarde et Mise en Valeur PSMV approuvé en 2007 le classe en légende 5bis « immeuble à maintenir dont les structures et les volumes sont à conserver ».

Vu son état d’abandon, et dans le cadre de la Loi, la conservation du presbytère devient aujourd’hui une urgence.

Les édiles locaux toutefois devancent les projets d’architectes avant même le lancement du concours. Ils préconisent d’entrée sa destruction pour y édifier sur son exacte emprise un nouveau bâtiment baptisé « Maison de verre », une sorte de serre couronnée de métal qui permettrait aux touristes de circuler de la place Gambetta au Cloître cimetière en y trouvant des informations sur le patrimoine.

Détruire à bon escient : Seul le dégagement de la cathédrale, prévu en 1898, permet l’accès et la circulation piétonnière, avec la destruction des deux bâtiments du 7 (classé PSMV 5bis) et 9 (classé PSMV 6 : immeuble non protégé) de la rue Amiral Ribeil, appartenant à l’État. Notons que depuis plus de cent ans, ces deux immeubles attendent d’être rasés afin de remplir cette exigence. Perpignan peut devenir une ville destination, en protégeant son patrimoine, NOTRE patrimoine commun.

Commentaires via facebbok
(304 visites sur cette page depuis l'installation du compteur sur le site le 22 juillet 2014)
(1 visites aujourd'hui)

Tags: ,

Poster un Commentaire

1 Commentaire sur "Perpignan souhaite démolir l’ancien presbytère de la cathédrale (Archive 2015)"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Cachau
Invité

Si l’immeuble est en péril, la municipalité peut très bien conserver la façade et faire une structure neuve à l’intérieur, quitte à mettre son immeuble de verre derrière celle-ci. Cela se fait aussi en architecture contemporaine.
Il convient de rappeler aux élus que les immeubles de verre se dégradent très vite et sont très coûteux à entretenir. Dans 10-15 ans, l’immeuble paraîtra aussi désuet que le bâtiment actuel.
Les élus étant souvent ignorants en matière d’architecture, ils feraient bien de réfléchir à ce que l’on pensera d’eux dans le futur.

wpDiscuz