Le maire adresse ses voeux à la population dans l’église

Article pouvant être lu en 3 minute(s), hors éléments éventuels audio ou vidéo
Partages

NORD

Voici un exemple frappant d’un usage partagé d’un lieux de culte : le maire de Beugnies a adressé ses voeux à la population dans l’église. Cela vous choque-t-il ? Êtes-vous pour ou contre l’usage partagé d’un édifice cultuel ? Merci de répondre à notre sondage ci-dessous

Lu sur le site de la Voix du Nord :

Les vœux du maire de Beugnies dans l’église pour annoncer les travaux de la salle polyvalente

Grande première ce dimanche matin à Beugnies, la cérémonie des vœux qui se déroulait traditionnellement dans le hall de l’ancienne gare a eu lieu, cette fois, en l’église Saint-Martin.

voeux du maire dans l'église

Daniel Jopek a présenté ses vœux à la population en l’église Saint-Martin, sous le regard bienveillant du Sacré Cœur. 

La grand-messe est attendue chaque année en janvier par la population. Mais c’est aussi un exercice incontournable pour ses fidèles, les élus. La première cérémonie des vœux 2016 de l’Avesnois s’est déroulée dans une église. « On a simplement dépouillé l’autel en retirant les croix et en mettant une belle nappe neutre » explique Luc Blaise de l’association Saint-Martin pour la sauvegarde de l’église. « Le Saint-Sacrement a été enlevé et mis ailleurs. Comme précaution, il faut simplement veiller à ce que les gens se comportent bien »… Lire la suite sur Les vœux du maire de Beugnies dans l’église pour annoncer les travaux de la salle polyvalente – La Voix du Nord

Notre sondage :

sondage

Voici les premiers commentaires reçus autour du sondage

Le 4 Janvier 2016 à 22:07, par Chapelle Saint-Valéry :

Les toutes premières églises étaient des lieux de rencontres et de réunion. Nous faisons vivre notre chapelle avec des concerts, des lectures, des conteurs, tout en respectant l’esprit du lieu consacré. (www.chapellestvalery.fr)

Le 4 Janvier 2016 à 18:36, par René Beaudoin :

1. Évidemment, si ça permet de sauver l’édifice;
2. Et pastoralement parlant, la mission de nos paroisses tourne autour de quatre axes : la célébration, l’éducation de la foi, la fraternité et la solidarité. Des activités profanes alimentent nécessairement la fraternité.

Le 6 Janvier 2016 à 14:07, par Étienne :

Pourquoi ce Monsieur le Maire ne respecte-t-il pas les chrétiens de la France? Pas d´amalgame. svp.Une église c´est sacré, une Mairie non. La place du saint sacrement est sur l´autel béni et consacré à Dieu Notre Seigneur Jésus Christ. Pour les affaires du monde qu´il les fasse à la Mairie. Pas d’amalgame. Á DIEU CE QUI EST À DIEU, Á CÉSAR CE QUI EST À CÉSAR. Pas d’amalgame. svp.

Le 6 Janvier 2016 à 13:06, par Gheerbrant :

Il convient de rappeler que les édifices religieux d’avant 1905 ont été de facto confisqués par les autorités sous la forme « donne moi ta montre et je te donnerai l’heure ». Il faut aussi rappeler qu’auparavant, l’Etat a salarié le clergé de 1801 à 1905 en indemnisation de la confiscation des biens de rapport de l’Eglise vendus sous la Révolution comme Biens Nationaux. Cette indemnisation a été ensuite rompue unilatéralement par l’Etat en 1905.

Le 6 Janvier 2016 à 12:58, par Gheerbrant :

La question est tellement mal posée qu’elle est tendancieuse dans le contexte : Retirer les ornements religieux sous prétexte de neutralité est clairement un irrespect du lieu indépendamment de la religion qu’il représente. Je suis pour l’utilisation partagée d’un lieu pour autant que l’on ne gomme pas son caractère propre, ici en l’occurrence la louange de Dieu.

Le 6 Janvier 2016 à 08:30, par Grelier Marie Hélène :

L’église aurait dû rester un lieu de vie, à condition bien sûr d’ôter les signes religieux, ne serait- ce pas une belle occasion de pas fermer les églises comme trop souvent actuellement

Partages
(1 931 visites sur cette page selon le compteur Google Analytics installé sur le site le 22 juillet 2014)
(1 visites aujourd'hui)

6 réponses à Le maire adresse ses voeux à la population dans l’église

  1. Luton dit:

    La question est plus profonde. Il s’agit surtout de détruire la religion catholique, on commence insidieusement à retirer les objets du culte pour transformer l’église en une salle polyvalente…il a dit « polyvalente » alors pourquoi pas aussi transformée en mosquée !!! Qu’en dit monsieur le Curé ? Il a été très certainement mis devant le fait accompli sous prétexte de manque de fidèles. C’est un effacement de civilisation annoncé quand on s’attaque à nos valeurs, à notre foi, à notre DIEU.

    • Blaise dit:

      Bonjour
      Il ne faut pas faire d’amalgame avec l’autorité du Maire et celle du Prêtre.
      C’est d’un commun accord entre les deux que ces voeux ont eu lieu.
      L’église a été ouverte plus de 150 jours en 2015 grâce à l’action des rénovation de sauvegarde du patrimoine de l’église Saint Martin et les messes, baptêmes et funérailles dans l’église.
      La Mairie a effectué la réfection des vitraux côté Est. Et elle est toujours présente pour faciliter le culte.
      L’autorisation à été positive le prêtre était d’ailleurs présent.

      Le vivre ensemble était normal. Le prêtre est affectataire des lieux et se réserve le droit d’accepter ou non les manifestations dans son église.

      L article oubliait de mentionner que tout c’est bien déroulé et que l’église a été rendue aussi propre comme avant la remise des voeux.

      Luc blaise
      Président de l’association St Martin de Beugnies pour la Sauvegarde du Patrimoine de l’église.

  2. karr dit:

    Je ne suis pas foncièrement hostile à ce mode de fonctionnement à condition que le curé de la paroisse soit consulté et qu’il donne son accord,que ce genre de manifestations ne présente aucun obstacle aux cérémonies religieuses,dans le cas présent le Très Saint Sacrement a été retiré.
    Que ce lieu consacré soit respecté,des expositions de peintures respectueuses du sanctuaire,tout comme des concerts de musique classique.
    Que le choeur de l’église soit respecté car c’est bien là qu’est célébré la sainte messe,des animations culturelles mais en dehors du choeur.
    Ne nous leurons pas ,depuis cinquante ans le clergé a fondu comme neige au soleil tout comme la pratique,souvent les prêtres ont été les premiers à profaner nos églises,si nous voulons les conserver un compromis doit être trouvé en attendant des temps meilleurs.

  3. bobinski dit:

    de nos jours il n’y a plus de respect envers notre société ; ce maire a dû se référencer à Peppone et à don Camillo ; au moins il était sûr de trouver les fidèles qui pourront l’écouter ; alors je répondrais que cela me laisse indifférente.
    nous ne vivons plus au temps d’après guerre où tout était à sa place. maintenant on détruit le travail d’ouvriers qui ont risqué leur vie pour nous bâtir des édifices qui d’un coup de pioche laissent le champ libre pour une grande surface ou pour en faire un gite satisfaire la beauté du diable

  4. C.B. dit:

    J’admets bien évidemment que les 33 personnes ayant à cette heure voté pour « l’utilisation partagée d’une église, au profit d’activités profanes respectueuses du lieu » sont également favorables à l’installation d’une crèche dans le hall de la mairie, puisqu’il ne s’agit de rien d’autre que de « l’utilisation partagée d’un édifice public, au profit d’une activité culturelle respectueuse du lieu ».

  5. J. Le_Solleu dit:

    Le titre du journal est trompeur : depuis une trentaine d’années, un élu prend parfois la parole dans une église, lors d’une cérémonie funèbre par exemple, pour joindre son hommage au défunt à celui de familiers; le maire d’une commune est un peu chez lui, aussi, à l’église, mais pas dans le même « ministère » que le curé : il assure l’entretien du bâtiment si celui-ci a été construit avant 1905 …..
    Dans le cas présent, nous aurions dû lire : « Le curé de Beugnies prête l’église – désacralisée durant une heure, comme on nous l’explique dans l’article- au Maire qui adresse ses voeux à la population et annonce ….la construction d’une salle polyvalente » ,qui, n’en doutons pas, évitera l’an prochain tout mélange des genres …..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *