Deux fois moins d’églises en péril, en 40 ans !

Article pouvant être lu en 2 minute(s), hors éléments éventuels audio ou vidéo
Partages

EGLISES EN PERIL

Église ruinée, Saint-Savin (Lot-et-Garonne) (c) BS

Église ruinée, Saint-Savin (Lot-et-Garonne) (c) BS

Extrait du site Des Eglises et des Hommes sur lequel je couche mes notes de lecture et mes réflexions plus ou moins profondes sur l’avenir du patrimoine religieux.

De moins en moins d’églises en danger (selon les alarmistes)

Selon les alarmistes des années 70, entre 18 000 et 20 000 églises devaient disparaître du paysage avant la fin du 20e siècle. Les catastrophistes du 21e n’en annoncent plus qu’entre 5 000 et 10 000. Une vraie déflation !

Il y a deux ans, j’écrivais un article pour la revue Patrimoine et Cadre de vie consacrée à l’avenir des églises, en relevant ceci :

« Dans la presse on lit ou entend trop souvent qu’en France « d’ici à 20 ans, entre 5 et 10 000 édifices cultuels pourraient avoir disparu de l’horizon » (cf. Le Figaro du 31 janvier 2013). L’estimation repose sur l’hypothèse qu’il existerait près de 100 000 édifices religieux, soit en moyenne 2.5 par commune. L’estimation, reprise en boucle, a de quoi inquiéter. Mais pourquoi 5 % ? Pourquoi 10% ? Et sur quelle base appuyer ces pourcentages ? »

Ces chiffres, qui ne sont que des extrapolations sans fondement vérifié, ont la vie dure et sont souvent cités dans la presse. Car le paradoxe est bien là, notre patrimoine religieux est mieux protéger par la loi de 1905 en France, qu’il ne l’est dans les pays occidentaux sous concordat.

De plus, chez nous, les Années Patrimoine initiées au début des années 80 ont suscité en France une véritablement prise de conscience populaire de l’importance du patrimoine de proximité et du désir de le transmettre. la France n’a jamais autant restauré d’églises depuis les années 1980, qu’au cours des siècles précédant. Dire cela prend à contre-courant les prophètes de malheur, même s’il ne s’agit pas, pour autant de nier les problèmes ou les scandales qui sont désignés ici ou là.

D’autre part, en relisant récemment Eglises en ruine, Eglise en péril de Michel de Saint-Pierre (j’affectionne particulièrement le romancier, moins le polémiste), j’observe une  déflation dans les annonces de catastrophe… Lire la suite sur De moins en moins d’églises en danger (selon les alarmistes) |

Partages
(197 visites sur cette page selon le compteur Google Analytics installé sur le site le 22 juillet 2014)
(1 visites aujourd'hui)

4 réponses à Deux fois moins d’églises en péril, en 40 ans !

  1. Cachau dit:

    J’ignore qui est l’auteur de cet article : sans doute un franc-maçon ou un proche pour vanter ainsi les mérites de la loi de 1905 si néfaste, ô combien, au patrimoine religieux. Ce monsieur doit ignorer ce qui existe en Allemagne ou en Espagne où le patrimoine religieux est dans un état remarquable. Quand je vais en Espagne, je ne vois pas autant d’églises dégradées comme en France.
    Le propos de ce monsieur est bien singulier, quand on sait le peu d’efforts déployés par la ville de Paris pour son patrimoine religieux. On a jamais vu les églises de Paris aussi sales depuis les efforts consentis par MM. Chirac et Tiberi.
    Il devrait aussi se plonger dans les archives de l’administration des cultes aux Archives nationales pour voir combien le patrimoine religieux était remarquablement suivi en France au XIXe siècle quand elle vivait sous le régime concordataire.
    Je pense que Béatrice de Andia et son Office du Patrimoine religieux apprécieront.
    Ph. C.

    • Monsieur, je suis l’auteur de cet article. Il n’est nul besoin d’être franc-maçon pour se rendre compte qu’on vend assez peu d’églises en France, par rapport à ce que l’on peut constater en Belgique, au Royaume-Uni, aux Pays-bas ou dans cette Allemagne qui vous citez, où malgré une situation pécuniaire plus favorable des conflits existent sur l’entretien du patrimoine religieux et la vente d’églises. L’Espagne nous a offert récemment un superbe centre d’entrainement pour roller et skate-board dans une église romane désaffectée. tout ne va pas bien au pays de Don Quichotte.
      Je sais à vous lire régulièrement votre fascination à deviner l’oeuvre de la franc-maçonnerie sous tout ce qui vous contrarie. Encore désolé de vous contrarier à double titre. Il n’y pas besoin d’être un grand clerc pour imaginer ce que serait le patrimoine religieux en France, s’il appartenait encore à l’Eglise de France, si pauvre… Contrairement à sa cousine allemande.
      Dire que la loi de 1905 protège mieux que mal notre patrimoine religieux en transférant la charge de l’entretien des églises aux communes me parait relever du bon sens, même si l’on peut critiquer ici ou là des propriétaires défaillants. Constatant, comme je l’ai déjà écrit ailleurs, que ce ne sont pas les communes les plus riches qui entretiennent le mieux leur patrimoine, et ce ne sont pas les plus pauvres qui l’entretienne le plus mal.
      Benoît de Sagazan.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *