Des banderoles contestées sur le Capitole à Toulouse

Article pouvant être lu en 3 minute(s) (hors éléments audio ou vidéo)

 

HAUTE GARONNE

Lue sur le site de Télérama, cette information polémique. Quand il s’agit de chantiers de rénovation sur un monument historique, je ne suis pas hostile aux bâches publicitaires dont la location peut être utile au financement des travaux. Mais dans ce cas de figure, le capitole n’est en chantier.

Reçu en dernière heure, après publication de l’article suivant, un message adressé par la SPPEF : 

Logo SPPEF« La SPPEF a le plaisir d’annoncer, à la suite d’une négociation avec la ville de Toulouse, le retrait de 8 des 10 bâches publicitaires apposées à la demande de l’UEFA sur son hôtel de ville, le Capitole. La publicité est en effet interdite sur les monuments historiques depuis une loi du 20 avril 1910, née d’une proposition du président-fondateur de la SPPEF, le député Charles Beauquier. L’enlèvement de ces banderoles publicitaires – une première dans le cadre de l’Euro 2016 – doit avoir lieu ce soir ou demain matin. Il s’agit, tout en se réjouissant de l’accueil de cette compétition européenne, de l’inscrire dans le cadre de la légalité environnementale française.

Communiqués de Sites & Monuments et de la mairie de Toulouse : http://www.sppef.fr/2016/06/07/communique-retrait-des-banderoles-publicitaires-de-leuro-2016-sur-le-capitole-de-toulouse/

A Toulouse, l’Euro 2016 pavoise sur le Capitole : des bâches qui fâchent

.

Des banderoles, célébrant l’Euro 2016, sur la façade du Capitole à Toulouse, le 24 mai 2016. PHOTO: PHOTOPQR/LA DEPECHE DU MIDI/XAVIER DE FENOYL

Des banderoles, célébrant l’Euro 2016, sur la façade du Capitole à Toulouse, le 24 mai 2016. PHOTO: PHOTOPQR/LA DEPECHE DU MIDI/XAVIER DE FENOYL

Des banderoles célébrant l’Euro 2016 sont implantées sur la façade classée de l’Hôtel de ville de Toulouse. La Société pour la protection des paysages et de l’esthétique de la France (SPPEF) a déposé plainte, estimant qu’il s’agit là d’une publicité, interdite par le code de l’environnement.

Sacrilège en terre d’Ovalie ! Depuis le 19 mai, à l’occasion de l’Euro de football 2016, l’Hôtel de ville de Toulouse, le Capitole, est pavoisé aux couleurs de l’UEFA de dix bâches de 20 mètres de hauteur sur 2 mètres de large environ. La ville accueille en effet quatre matchs au Stadium et se réjouit de l’opportunité, comme le précise le communiqué officiel : « Pour Toulouse, ville la plus sportive de France qui a la chance d’accueillir une compétition internationale de ce niveau, la priorité des priorités c’est de réussir l’accueil de l’Euro 2016. C’est pourquoi la décision a été prise, en lien avec l’UEFA, de pavoiser temporairement le Capitole, lieu emblématique et central de la ville que plusieurs milliers de touristes viendront voir. »

Sauf que la Société pour la protection des paysages et de l’esthétique de la France (SPPEF) ne l’entend pas de cette oreille. Alertée par des Toulousains mécontents, elle a déposé plainte auprès du procureur de la République de Toulouse. L’association dénonce un accrochage publicitaire « explicitement interdit » sur un édifice classé au titre des Monuments historiques — le Capitole entrant dans cette catégorie depuis 1840 — au regard des dispositions du code de l’environnement. « Nous avons été saisis par des Toulousains qui étaient choqués par l’aspect visuel précise Julien Lacaze, vice-président de la SPPEF. Avec cette affaire, on est vraiment dans l’excès avec dix bâches qui, de plus, cachent les fenêtres… lire la suite sur A Toulouse, l’Euro 2016 pavoise sur le Capitole : des bâches qui fâchent – Arts et scènes – Télérama.fr

Commentaires via facebbok
(278 visites sur cette page depuis l'installation du compteur sur le site le 22 juillet 2014)
(1 visites aujourd'hui)

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz