L’architecture de Le Corbusier au patrimoine mondial de l’humanité

Article pouvant être lu en 2 minute(s) (hors éléments audio ou vidéo)

 

UNESCO

logo patrimoine mondial

Bousculée par le coup d’état qui a ébranlé la Turquie dans la nuit du 16 au 17 juillet 2016, la 40e session du Comité du Patrimoine mondial de l’Unesco, réunie à Istanbul, a été écourtée. Ses travaux de classement doivent reprendre à Paris au mois de septembre.

Néansmoins, elle a pu inscrire sur la liste du patrimoine mondial de l’Humanité l’œuvre architecturale de Le Corbusier, comme « une contribution exceptionnelle au Mouvement Moderne en Allemagne, Argentine, Belgique, France, Inde, Japon, Suisse ».

Lire la suite sur UNESCO Centre du patrimoine mondial – Nouveaux biens inscrits (2016)

 

Lire aussi :

LE MONDE/ L’œuvre du « Corbu » enfin promue par l’Unesco

Choisis dans l’œuvre de Le Corbusier, les dix-sept sites qui composent ce bien en série, répartis sur sept pays, témoignent de l’invention d’un nouveau langage architectural en rupture avec le passé, a expliqué l’Unesco dans un communiqué. Ils ont été réalisés sur un demi-siècle, tout au long de ce que Le Corbusier a nommé une “recherche patiente”. »

L’ensemble, à vocation transnationale, comprend, dans l’ordre chronologique : les maisons La Roche et Jeanneret (1923) à Paris, une villa au bord du lac Léman (1923) à Corseaux (Suisse), la Cité Frugès (1924) à Pessac (Gironde), la maison Guiette (1926) à Anvers (Belgique), les maisons de la Weissenhof-Siedlung (1927) à Stuttgart (Allemagne), la villa Savoye et la loge du jardinier (1928) à Poissy (Yvelines), l’immeuble Clarté (1930) à Genève, l’immeuble locatif de la porte Molitor (1931) à Boulogne-Billancourt (Haut-de-Seine), l’Unité d’habitation (1945), dite « cité radieuse », à Marseille (Bouches-du-Rhône), la Manufacture (1946) à Saint-Dié-des-Vosges (Lorraine), la maison du docteur Curutchet (1949) à La Plata (Argentine), la chapelle Notre-Dame-du-Haut (1950) à Ronchamp (Haute-Saône), le Cabanon de Le Corbusier (1951) à Roquebrune-Cap-Martin (Alpes-Maritimes), le complexe du Capitole (1952) à Chandigarh (Inde), le couvent Sainte-Marie-de-la-Tourette (1953) à Eveux (Rhône), le Musée national des beaux-arts de l’Occident (1955) à Taito-Ku (Japon) et la Maison de la culture (1953) à Firminy (Loire)…. Lire la suite sur www.lemonde.fr

OUEST-FRANCE/ Faire partie du patrimoine mondial, à quoi bon ?

FRANCE 3 AQUITAINE / La Cité Frugés à Pessac : un site exceptionnel 


La cité Frugès à Pessac
En savoir plus sur france3-regions.francetvinfo.fr/aquitaine/gironde

Commentaires via facebook
(67 visites sur cette page - compteur installé sur le site le 22 juillet 2014)
(1 visites aujourd'hui)

Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
Notifier de