Locataire de la chapelle Laennec, le groupe Kering souhaiterait l’apaisement

Pocket
Article pouvant être lu en 3 minute(s) (hors éléments audio ou vidéo)

PARIS – CHAPELLE LAENNEC

Information lue sur le site de la Croix sous la plume de Sabine Gignoux, à propos de la chapelle de l’ancien hôpital Laennec (Hospice des Incurables) qui a été vendue et transformée en salle culturelle sans avoir été désacralisée auparavant :

Journées du patrimoine à la chapelle de l’hôpital Laënnec

.

Vue sur les gisants de Maurizio Cattelan et les christs d'Adel Abdessemed dans la chapelle dîte de «Bossuet». / Diane Arques, Adagp

Vue sur les gisants de Maurizio Cattelan et les christs d’Adel Abdessemed dans la chapelle dîte de «Bossuet». / Diane Arques, Adagp

Occupant l’ancien hôpital tout juste restauré, le groupe Kering de François-Henri Pinault ouvre une partie des lieux aux Parisiens les 17 et 18 septembre.

(…) On se souvient de la polémique qui avait éclaté en 2000 lors de la vente par l’Assistance publique de ces bâtiments historiques du XVIIe siècle au promoteur immobilier Cogedim, associé à l’assureur AGF (devenu Allianz et aujourd’hui propriétaire de l’ensemble).

Au cœur des préoccupations notamment : le sort de la chapelle de l’hôpital, consacrée le 11 mars 1640, qui abrite la Chaire dite de « Bossuet », un Ange gardien peint par Philippe de Champaigne et plusieurs tombeaux de personnages illustres : le cardinal de la Rochefoucauld, grand aumônier de Louis XIII, dont la fortune permit de bâtir l’hôpital, Jean-Pierre Camus, évêque de Belley et quatre membres de la famille Turgot, dont le grand Turgot, ministre de Louis XVI.

Plusieurs associations – l’Observatoire du Patrimoine religieux, le Comité Laënnec-Turgot, l’Association à la mémoire du cardinal de la Rochefoucauld et l’association des Amis de Turgot – réclamaient notamment le maintien d’un accès à cette chapelle qui n’a pas été désacralisée.

Une volonté d’apaisement

Locataire des lieux depuis cet été, le groupe Kering et son PDG François-Henri Pinault, semblent aujourd’hui jouer l’apaisement. Des engagements ont été pris auprès des descendants des personnes inhumées dans la chapelle pour leur laisser un accès le plus flexible possible. Et l’accueil du public dans la chapelle et quelques espaces adjacents lors de ces journées du patrimoine entend illustrer le souhait de François-Henri Pinault d’ouvrir régulièrement les lieux pour des occasions en lien avec la culture. D’ores et déjà, à l’arrière, un ancien jardin potager avait été rendu à un usage entièrement public.

La rénovation des bâtiments historiques supervisée par l’architecte Benjamin Mouton paraît plutôt heureuse, à l’exception de la destruction « par erreur » de la sacristie du XVIIIe siècle, dénoncée par le site la Tribune de l’Art. Dans la chapelle, entièrement restaurée, six œuvres contemporaines dialoguant avec l’art sacré, ont été disposées pour les journées du patrimoine (parfois malencontreusement sur les sépultures).

Il y a là quatre Crucifixion en barbelés d’Adel Abdessemed (en hommage à Grünewald), deux peintures de Marlène Dumas inspirées par le Christ mort d’Holbein, deux Cènes photographiées par Sugimoto et Serrano en lorgnant du côté de Léonard et neuf gisants couchés sous un linceul de marbre par Cattelan qui offrent un écho tragique à l’actualité… Lire l’uintégarlité de l’article sur Journées du patrimoine à la chapelle de l’hôpital Laënnec – La Croix

Lire aussi sur Patrimoine en blog :

(651 visites sur cette page - compteur installé sur le site le 22 juillet 2014)
(1 visites aujourd'hui)
Pocket

3
Poster un Commentaire

avatar
2 Fils de commentaires
1 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
3 Auteurs du commentaire
Benoit de SagazanSouchalArlette Vidal-Naquet Auteurs de commentaires récents

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Souchal
Invité
Souchal

j’ai souvenir que le promoteur s’était engagé à reconstruire à l’identique la sacristie, détruite « par erreur ». Qu’en est-il de cette promesse ?

Arlette Vidal-Naquet
Invité

Merci à Benoit de Sagazan de relayer ainsi sur Patrimoine en blog ce qui se passe en France. Effectivement nous avons pu visiter le site Laennec pour le week-end du Patrimoine. Le site historique a été rénové formidablement. La Chapelle Laennec a perdu son âme. Elle est toujours cultuelle, toujours sacralisée. Monseigneur de Moulin Beaufort l’a confirmé en septembre 2011. Cette chapelle où repose des hommes d’exception qui ont participé à l’histoire de France est devenue une salle polyvalente. Actuellement dans la chapelle une exposition des œuvres de Monsieur Pinault.Exposition pour le moins étonnante : 4 crucifix en métal tranchant… Lire la suite »