Autour du 500e anniversaire du calvaire de Romans-sur-Isère

Article pouvant être lu en 2 minute(s) (hors éléments audio ou vidéo)

DROME

colloque-romans-500-ans-chemin-de-croixLa mission patrimoine historique de la ville de Romans et le Centre d’Histoire « Espaces et Cultures » de l’université Blaise-Pascal de Clermont-Ferrand orgnaise un colloque « Autour du calvaire de Romans. Langages dévotionnels, images, textes, gestes ».

Les vendredi 21 et samedi 22 octobre 2016, à la salle Jean-Vilar, une dizaine d’historiens, des universitaires essentiellement, retraceront l’histoire de ce Grand Voyage, dont le calvaire des Récollets constitue l’aboutissement, et élargiront la discussion en mettant en évidence l’importance de l’image dans les pratiques dévotionnelles.

 Ce colloque, gratuit et sans inscription, organisé dans le cadre de la célébration du 500e anniversaire de la fondation du chemin de croix dit le « Grand Voyage », est ouvert à tous les publics, du simple curieux à l’amateur éclairé!

Télécharger le programme

Information lue sur le site arts-spectacles.com :

Un ensemble unique en France, l’un des plus anciens d’Europe

Ville de 35 000 habitants, construite sur les bords de l’Isère, autour d’une magnifique collégiale aujourd’hui classée au titre des monuments historiques, Romans possède un patrimoine remarquable.
Elle dispose notamment, phénomène assez rare, d’un chemin de croix urbain, dit du « Grand Voyage » dont l’aboutissement, le calvaire des Récollets, est lui aussi classé depuis le 24 juillet 1986 au titre des monuments historiques. Un chemin de croix dont on célèbre cette année le 500e anniversaire.

Cet ensemble urbain, unique en France, est aussi l’un des plus anciens d’Europe. Aujourd’hui constitué de quarante stations -vingt-et-une disséminées dans le centre historique et dix-neuf au sein du calvaire – il fut conçu en 1516 par un riche et pieux marchand de Romans, Romanet Boffin. Il se voulait alors un chemin de substitution au voyage en Terre Sainte, devenu très périlleux depuis la prise de la ville par les Turcs.
À l’époque, la topographie de Romans présentait en effet de nombreuses similitudes avec celle de Jérusalem.

Très vite, Romans devient un but de pèleri-nage. Elle attire d’ailleurs encore aujourd’hui plusieurs centaines de personnes lors de la procession du Vendredi Saint. Néanmoins, calvaire et chemin de croix ont subi, au cours des siècles, de nombreuses vicissitudes (pillages, saccages, incendies), notamment lors des guerres de Religions, puis lors de la Révolution. À cela sont venues s’ajouter les affres du temps que la seule bonne volonté et les quelques restaurations entreprises, notamment ces dernières années, ne suffi-ront pas à effacer tant les travaux sont importants à réaliser. Pour des raisons de sécurité, le calvaire des Récollets n’est d’ail-leurs plus ouvert au public qu’en de très rares occasions et une intervention devenait plus qu’urgente.

Une vaste opération de restauration et un financement inédit… Lire la suite sur arts-spectacles.com

Commentaires via facebbok
(205 visites sur cette page depuis l'installation du compteur sur le site le 22 juillet 2014)
(1 visites aujourd'hui)

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz