La Voix du Nord enquête sur l’avenir des vieilles églises

Article pouvant être lu en 4 minute(s) (hors éléments audio ou vidéo)

NORD – PAS-DE-CALAIS

Information lue sur le site de la Voix du Nord. Je remercie Alice Bonvoisin de s’intéresser à nos églises et d’avoir reporter fidèlement mes propos (ce qui n’est pas si courant !). Ce premier volet devrait être suivi d’un second à découvrir également demain dans La Voix du Nord :

Désacralisées, rénovées ou fermées : que faire de nos vieilles églises ?

Elles font partie intégrante de notre patrimoine. Pour autant, nos vieilles églises, malgré leur charme, ont un coût. De rénovations en fermetures, en passant par la désacralisation… État des lieux des églises du Nord – Pas-de-Calais.

Si certaines églises délabrées n’ont d’autre choix que de fermer leurs portes, faute de moyens, d’autres comme l’église Saint-Louis à Tourcoing parviennent à retrouver une seconde vie. PHOTO Hubert Van Maele

Si certaines églises délabrées n’ont d’autre choix que de fermer leurs portes, faute de moyens, d’autres comme l’église Saint-Louis à Tourcoing parviennent à retrouver une seconde vie. PHOTO Hubert Van Maele

Nos vieilles églises seraient-elles sur le déclin ? «  Vaste question  », selon Benoît de Sagazan, journaliste au Pèlerin et auteur du site Patrimoine en Blog. Si vaste qu’elle mérite bien qu’on s’y intéresse de plus près. Car ils ne sont pas rares, ces édifices religieux aux pierres usées, aux fondations fatiguées, aux clochers abîmés… voire parfois, aux portes fermées, dans la région.Autrefois adorés, aujourd’hui délaissés ? C’est ce que pourrait laisser penser l’absentéisme grandissant au sein des églises, la faute à une diminution du nombre de fidèles, en particulier chez les jeunes générations. L’évolution du milieu rural aussi, avec des villages de plus en plus considérés comme dortoirs, laissant des églises toujours moins fréquentées avec des messes plus qu’occasionnelles. Tout comme le manque de soins. «  Pour autant, estime Benoît de Sagazan, il ne s’agit pas d’être fataliste. La preuve : si on a toujours démoli des églises, on n’en a jamais autant restauré depuis les années 80 !  »

Millions d’euros

Oui mais voilà : les églises coûtent cher. Certains n’hésitent d’ailleurs pas à parler de «  gouffre financier  » pour les communes, tant le montant des réparations peut s’avérer dramatiquement élevé. Comme à Provin, où le coût total des travaux de rénovation de l’église Saint-Martin, fermée depuis le mois de février 2016, était estimé à 1,5 million d’euros. Ou à Tilly-Capelle, près de Saint-Pol-sur-Ternoise, où malgré toutes les subventions (qui, de façon générale, sont souvent issues du mécénat privé ou public), 200 000 € restaient encore à la charge de la commune au début de l’année. De quoi «  étrangler  » certaines municipalités, déjà impactées de plein fouet par les baisses de dotations. (…) Conséquence : si le Nord et le Pas-de-Calais font aujourd’hui partie des départements qui comptent le plus d’églises en France, ils font aussi partie de ceux qui comptent le plus d’églises dites « menacées ».

« Les églises parlent autant à ceux qui s’agenouillent devant l’autel qu’à ceux qui les regardent depuis la place du village »

Pourtant, il semblerait que la région soit aussi peuplée d’irréductibles amoureux du patrimoine, résistant encore et toujours aux bulldozers. Des élus (Patrick Masclet, sénateur et président de l’association des maires du Nord déclarait dernièrement vouloir «  consacrer une partie de sa réserve parlementaire à l’entretien du patrimoine des communes du département  »), mais aussi des associations, des anonymes qui, à force de patience, et de beaucoup de courage, finissent par redonner vie à ces vieilles églises qui nous sont si chères. En leur rendant par exemple l’une de leurs fonctions premières, les églises étant avant tout des lieux de culte. Ou en leur offrant une nouvelle vie, à la suite d’une désacralisation notamment (notre deuxième volet, à lire demain). Pour Benoît de Sagazan, l’explication liée à cet attachement serait très simple : « Les églises parlent autant à ceux qui s’agenouillent devant l’autel qu’à ceux qui les regardent depuis la place du village. Rien d’étonnant à ce qu’on veuille les sauver, donc !»… Lire la suite et l’intégralité du dossier sur : Désacralisées, rénovées ou fermées : que faire de nos vieilles églises ? – La Voix du Nord

Commentaires via facebbok
(680 visites sur cette page depuis l'installation du compteur sur le site le 22 juillet 2014)
(1 visites aujourd'hui)

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz