Un inventaire pour redonner vie au cimetière paysager de Guéret

Article pouvant être lu en 4 minute(s) (hors éléments audio ou vidéo)

CREUSE

Information de Sèverine Perrier lue sur le site de La Montagne :

Au cimetière de Guéret, un patrimoine à ne pas laisser mourir

Le cimetière du XIXe doit-il s’effacer, et emporter avec lui les nombreuses richesses qu’il recèle, pour faire de la place ? Non, pense Marie Léger. Pour cette Creusoise passionnée de patrimoine, le lieu devrait même avoir droit à une seconde vie.

Caveaux d’illustres familles ou tombes plus modestes, en tout 350 concessions du cimetière de Guéret, pourraient bien connaître le même sort funeste : visées par une procédure de reprise (*), elles pourraient être purement et simplement détruites. Et c’est tout un pan du patrimoine funéraire qui disparaîtrait. Heureusement, des vivants veillent. Parmi eux, Marie Léger, chargée de mission patrimoine dans le Puy-de-Dôme, et Olivier Brunet, documentaliste au musée de Guéret.

« C’est de l’art funéraire »

En septembre dernier, tous deux ont ainsi animé une conférence pour la Société des sciences de Guéret autour du thème La reprise de tombes dans la partie ancienne du cimetière de Guéret, une menace patrimoniale. Un premier rendez-vous pour alerter sur le sort de ces tombes. « Elles ne sont plus entretenues et donc vouées à la destruction, explique Marie Léger. Mais on peut considérer que c’est de l’art funéraire et ce serait dommage de le perdre. En matière de patrimoine, c’est essentiel. » Essentiel bien au-delà des simples richesses patrimoniales (chapelles, stèles, porcelaines…) que le cimetière du XIXe siècle recèle.

Au cimetière de Guéret.

Au cimetière de Guéret.

« Le cimetière tel qu’on le connaît date du XIXe, poursuit Marie Léger. À cette époque, les autorités instaurent dans les villes et villages de France un espace dédié aux tombes, au recueillement et à la mémoire, en dehors de l’espace des vivants comme il pouvait l’être depuis le Moyen-Âge. S’ouvre alors une réflexion sur la conception de ces cimetières dans un contexte à la fois religieux et romantique où il est conçu comme un espace dédié aux vivants qui viennent saluer la mémoire des morts. Le cimetière devient alors un espace de déambulation, de méditation et de recueillement. »

« La mort ne fait plus partie de la vie. Sur les tombes du XIXe, des messages interpellaient directement le visiteur : “priez pour lui”, “il fut un bon fils, un bon père, un bon époux”. Les tombes récentes n’ont plus la même portée symbolique. »

MARIE LÉGER

Et le cimetière des Pénitents de Guéret, vraisemblablement unique cimetière paysager existant encore dans la région, a été conçu en ce sens. Même si « les rares bancs encore installés n’appellent pas à prendre le temps de s’asseoir ».

Car ici aussi, le temps a fait son œuvre. Le lieu est aujourd’hui « évité par les vivants, la mort ne fait plus partie de la vie. Et on n’est plus du tout sur les mêmes symboliques. Sur ces tombes du XIXe, des messages interpellent directement le visiteur : Lire la suite sur Au cimetière de Guéret, un patrimoine à ne pas laisser mourir

Mon commentaire

Je fais partie de ceux qui fréquentent assez régulièrement les cimetières, par intéret, par curiosité, par devoir de mémoire. intéret pour l’histoire, qu’elle soit locale ou nationale, curiosité car j’aime recueillir ces perles philosophiques, épitaphes parfois insolite, humaouristique, poétique… laissées comme des messages aux vivants par ceux qui ne le sont plus. par devoir de mémoire envers ceux que j’aimé et qui comptent parmi mes « chers disparus ».

Je partage cette idée, énoncée dans l’article ci-dessus, que les cimetières, paysagers ou non, ont été concçus des Pénitents de Guéret, a été conçus, avec plus ou moins réussite, comme des lieux de vie, car la mort fait partie de la vie, comme l’enseigne si bien Montaigne.

Mais outre cette formidable leçon de vie, les cimetières constituent également un authentique patrimoine historique, culturel et spirituel à sauvegarder, à conserver, à valoriser, à faire « vivre ». Ne les délaissons pas, ne les uniformisons pas, nous aurions beaucoup à perdre…

Sur les réseaux sociaux

 

Lire aussi à ce sujet

Commentaires via facebbok
(507 visites sur cette page - compteur installé sur le site le 22 juillet 2014)
(1 visites aujourd'hui)

Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  Subscribe  
Me notifier des