Blois L’église Saint-Nicolas souffre de sérieux désordresArticle pouvant être lu en 3 minute(s) (hors éléments audio ou vidéo)

Partages

LOIR-ET-CHER

Information de Henri Brissot, lue sur le site de La Nouvelle République, suivie de mon commentaire sur « Prévenir vaut mieux que guérir » :

Blois – Eglise Saint-Nicolas monument en péril ?

L’édifice religieux souffre de divers désordres nécessitant de coûteux travaux de restauration. La Ville va se porter à son chevet.

Un immense filet de protection avait déjà dû être posé en raison de chutes de pierre. / NR

Un immense filet de protection avait déjà dû être posé en raison de chutes de pierre. / NR

Depuis la loi de 1905 sur la séparation des Eglises et de l’Etat, la responsabilité d’assurer l’entretien et la rénovation des lieux de culte construits antérieurement (à l’exception des cathédrales dont la charge revient à l’Etat) incombe aux communes.

Achevée au début du XIIIe siècle alors que l’art roman était à son apogée et que le premier art gothique émergeait, l’église Saint-Nicolas-Saint-Laumer entre évidemment dans cette catégorie. Ses attraits sur le plan architectural (nef s’inspirant de la cathédrale de Chartres, décor sculpté du portail central, chapiteaux…) sont indéniables mais ils sont menacés par les vicissitudes du temps qui passe.

Au cours des dernières années, les services de la Ville ont décelé plusieurs types de « désordres ». Le premier se situe au niveau de la tour abritant le clocher où ont été constatées de nombreuses fissures dans les pierres ce qui a nécessité la pose d’étais afin de soutenir la structure. Dans le cas présent, ce sont les interventions de l’homme qui l’ont fragilisée. Afin de ne pas aggraver les dégâts, le bourdon avait déjà été neutralisé en raison des ondes qu’il propageait.

Le deuxième désordre concerne un plancher en bois vermoulu par lequel on accède au mécanisme de l’horloge, dommages qui ont entraîné par mesure de sécurité la condamnation du passage.

Le troisième désordre identifié a trait à un effritement de matériaux consécutif aux débordements des eaux fluviales provoqués par le sous-dimensionnement des chéneaux. Il a entraîné des chutes de pierre et imposé la pose d’un immense filet de protection.L’addition est déjà salée mais il faut de surcroît ajouter le coût du remplacement des… Lire la suite sur Eglise Saint-Nicolas monument en péril ? – 02/11/2016 – La Nouvelle République Loir-et-Cher

Mon commentaire

L’église sera certainement sauvée, car la municipalité semble avoir pris la mesure des travaux et la décision de les engager. Mais en lisant l’article je reste étonné de la longue liste des désordres mentionnés, dont beaucoup résultent de fautes humaines ou de négligences. Des désordres qui ne datent pas d’hier. Qu’on ne nous dise pas ensuite que le patrimoine coûte cher ! Si, pour le moins il était juste bien entretenu…

Nos voisins flamands, en créant  le monumentenwacht. (belge) ou son équivalent néerlandais  appliquent avec sagesse l’adage : « Mieux vaut prévenir que guérir ».

En effet, ils disent vouloir encourager l’entretien du patrimoine historique précieux. Un suivi régulier de l’état de conservation du patrimoine et des interventions rapides sont préférables à des réparations ou restaurations majeures inutiles ». Et cela grâce à l’expertise de leurs gardiens de monument qui inspectent régulièrement les bâtiments dont ils ont la responsabilité. Ce service est accessible aux propriétaires qui ont souscrit une adhésion à Monumentenwacht (que je traduis en français par l’Observatoire des Monuments). Pourquoi une telle initiative ne verrait-elle pas le jour en France ?

Benoit de Sagazan

 

commentaires via facebbok
Partages
(371 visites sur cette page depuis l'installation du compteur sur le site le 22 juillet 2014)
(1 visites aujourd'hui)

Poster un Commentaire

1 Commentaire sur "Blois L’église Saint-Nicolas souffre de sérieux désordresArticle pouvant être lu en 3 minute(s) (hors éléments audio ou vidéo)"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
Dominique LEMAIRE
Invité
Fidèle lecteur du site et n’ayant pas trouvé un autre moyen de vous signaler le cas de cette église du XVeme siècle dans le village de SERICOURT dans le Pas de Calis célèbre par son jardin remarquable de M GOSSE DE GORRE. Le Maire dans l’article L’ABEIILLE DE LA TERNOISE par ailleurs le plus vieux journal de France fondé en 1827, parution du 3 novembre 2016, n’envisage pas de restauration de ce bâtiment fermé depuis plusieurs années et en très mauvais état. Par contre cette petite commune de 57 habitants envisage une nouvelle Mairie à l’heure de la réduction du… Read more »
wpDiscuz