Un mécénat pour restaurer une partie de l’abbaye de JumiègesArticle pouvant être lu en 2 minute(s) (hors éléments audio ou vidéo)

SEINE MARITIME

Information lue sur le site de Paris Normandie :

Une convention de mécénat signée jeudi 1er décembre pour la restauration d’une partie de l’abbaye de Jumièges

Abbaye de Jumièges

Demain jeudi 1er décembre, une convention de mécénat pour des travaux de restauration à l’abbaye de Jumièges sera signée en présence de Pascal Martin, le président du conseil départemental de la Seine-Maritime, de Guy Sallavuard, directeur des relations institutionnelles de la Fondation du Territoire et Hervé Lancelot, directeur général de la société Caisse de Garantie des Professionnels de l’Assurance (CGPA).

La Fondation du patrimoine, grâce au mécénat de CGPA, accorde une aide exceptionnelle de 50 000 euros pour la restauration de l’abbaye de Jumièges, propriété du Département de la Seine-Maritime.

La signature officielle de la convention tripartite permet de mettre en valeur une action de mécénat exemplaire en faveur de ce site emblématique d’envergure régionale, voire nationale.

Les travaux entrepris consistent en un… Lire la suite sur Une convention de mécénat signée jeudi 1er décembre pour la restauration d’une partie de l’abbaye de Jumièges

Mon commentaire

L’abbaye de Jumièges impressionne. Je l’ai visitée à plusieurs reprises. Même en ruine, elle continue de parler du désir de transcendance des hommes. Malgré son démantèlement et à ses démolitions successives, suite à sa vente comme bien national, sous la Révolution, elle connut quelques heureux propriétaires dès la première moitié du XIX siècle qui eurent à cœur de sauver ce qui pouvait encore l’être. Célébrées par Victor Hugo (entre autres), ses ruines dégagent un charme certain qui a plu aux romantiques du siècle.

Même ayant abusivement servie de carrière de pierre, l’abbaye continue de parler. A l’instar de celle de Cluny,  des hommes parviennent à ressusciter virtuellement sa splendeur passée. Cette belle abbaye prouve, une fois de plus, que notre patrimoine historique et religieux sert (aussi) de support au développement des nouvelles technologies. Elle prouve également que les destructions, irréparables, sont pleurées par les générations qui succèdent aux démolisseurs.

Son propriétaire, aujourd’hui le Conseil départemental de Seine Maritime, et ses mécènes ont raison de lui porter toute leur attention. Elle a encore des choses à dire, et des rêves à susciter pour quelques siècles encore.

Benoît de Sagazan

Commentaires via facebbok
(632 visites sur cette page depuis l'installation du compteur sur le site le 22 juillet 2014)
(1 visites aujourd'hui)

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz