Chiffres et sémantique du patrimoine en péril. De quoi parle-t-on vraiment ?

Pocket
Article pouvant être lu en 3 minute(s) (hors éléments audio ou vidéo)

Ma note sur les soi-disant « 5 000 églises menacées de délabrement » dénoncées à la Une du Figaro, le 25 avril 2019, a elle aussi suscitée des réactions qui pointent la nécessité de mieux définir les réalités d’un patrimoine menacé.

Lire aussi Où sont donc les 5 000 églises menacées de délabrement ?jeudi 25 avril 2019

A de nombreuses reprises, j’ai eu l’occasion d’écrire sur ce blog et ailleurs sur la difficulté d’accorder quelque crédit aux chiffres, souvent repris en boucle par la presse écrite et audiovisuelle. La dernière difficulté en date étant l’annonce de 5 000 églises en péril, dénoncée par la Figaro mais aussi par de nombreux autres médias dont BFMTV, le 15 mai, et nombreux titres et sites web de la presse régionale et nationale, souvent à partir d’une dépêche AFP.

Ce décompte fut nuancé et mis en doute notamment sur le site du Moniteur du 10 mai 2019., toujours sur la foi d ‘une autre dépêche AFP.

J’ai eu très récemment l’occasion d’en discuter avec des responsables de l’Observatoire du Patrimoine Religieux, dont Édouard de Lamaze, président de l’OPR, puisque les journaux et médias cités attribue le plus souvent à cette association la source de l’information.

J’observe que de son coté, la Fondation du patrimoine, par la voix de son président (voir la vidéo ci-dessous), fait état de 2 800 édifices menacés d’effondrement dont la souscription lui a été confiée (à la minute 4:42 dans la vidéo ci-dessous). Édifices qui n’appartiennent pas tous au patrimoine religieux, comme en témoigne par exemple la maison de Pierre Loti à Rochefort (Charente Maritime).

Est-ce là encore un vérité absolue ? Sur son site la Fondation du Patrimoine, à propos de sa campagne « Plus jamais ça ! » semble nuancé ce propos dans donner de chiffre précis à ce patrimoine qui risque de disparaître :

 » Ces sites en danger immédiat seront sélectionnés parmi les 2 800 projets soutenus actuellement par la Fondation du patrimoine, et les 3 000 qui lui ont été signalés au travers de la Mission Bern. Le nombre de sites retenus dépendra du montant des fonds recueillis. « 

source : https://soutenir.fondation-patrimoine.org/projects/plus-jamais-ca

Par manque d’éléments précis, vérifiés et vérifiables, nous en sommes en difficulté devant des communications, souvent approximatives, qui sèment le doute.

Lire aussi A propos des églises incendiées en France

De nos échanges instructifs et constructifs apparaît la question sémantique

De quoi parlent-on exactement quand on évoque les mots « périls » ou de « délabrement », ont-ils la même importance que « en danger » ou « en souffrance » ?

A partir de quel constat une église ou une chapelle peut-elle être estimée « en danger » ? Cette réflexion concerne aussi mes propos qui utilisent régulièrement ces mots.

Avec Edouard de Lamaze, nous avons particulièrement convergé sur la nécessité de parvenir à l’élaboration de critères communs et partageables avec tous les acteurs du patrimoine, afin de coller à chaque type de situation le qualificatif approprié.

Est-là couper les cheveux en quatre ?

Je ne le crois pas.

Nous avons tous à gagner à produire une communication sérieuse et crédible, aussi proche possible de la réalité.

Et ceci pour plusieurs motifs :

  • – se mettre au service de la vérité, ou de s’en approcher au plus près, en produisant des informations fiables et vérifiables;
  • – permettre et favoriser un dialogue constructif entre les différents acteurs concernés par ce patrimoine religieux et son avenir;
  • – éviter de nourrir les récupérations politiques et idéologiques de toutes sortes, sources de manipulation des opinions publiques;
  • – encourager – et non pas décourager – ceux qui s’engagent dans la restauration et la valorisation de ce patrimoine religieux.

A suivre…

(402 visites sur cette page - compteur installé sur le site le 22 juillet 2014)
(1 visites aujourd'hui)
Pocket

Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
Notifier de