Le Pèlerin : Quand les citoyens sauvent leurs églises

Pocket
Article pouvant être lu en 2 minute(s) (hors éléments audio ou vidéo)

Extrait de l’enquête publiée dans l’hebdomadaire le Pèlerin du 20 juin 2019

Par Sophie Laurant, grand reporter

780 millions d’euros ont été récoltés pour sauver Notre-Dame de Paris. Trop selon certains qui rappellent que la restauration des églises reste une gageure pour les communes et les associations. Néanmoins notre patrimoine religieux n’est pas abandonné.

Elle est toujours là. Saint-Martin se dresse avec élégance, au bout d’une rue fleurie d’Arc-sur-Tille, bourgade proche de Dijon (Côte-d’Or). L’église devait être « déconstruite » en 2005, c’est-à-dire démolie. Quatorze ans plus tard, son clocher carré a retrouvé un toit, des gouttières flambant neuves brillent le long des murs de l’édifice néoclassique. À l’intérieur, le beau décor gris-bleu et les fresques d’origine demeurent bien abîmés.

« Nous ferons nettoyer les murs durant la quatrième tranche de travaux, explique tranquillement André Fanjaud, l’infatigable président de l’association Une église pour Arc-sur-Tille (UEPA) qui se bat depuis le début pour sauver ce monument non classé mais original, qui apporte un cachet patrimonial au village. Ces jours-ci s’achève la troisième tranche, avec la construction d’une rampe d’accès aux handicapés. Mais il a fallu d’abord, à partir de 2013, consolider les fondations par un véritable quadrillage de micropieux, refaire la charpente et surtout la poser correctement afin d’éviter l’écartement des murs et les fuites d’eau qui avaient grandement endommagé cette église construite en 1829.

La municipalité en place depuis 2008, l’UEPA, appuyée par la Fondation du Patrimoine, qui soutient les souscriptions populaires, et plusieurs grands mécènes ont réuni en tout plus de 2 millions d’euros pour les trois tranches.

Une prouesse pour un bourg de 2 600 habitants. « Des maires et des associations m’appellent pour me demander conseil », sourit Patrick Morelière, maire d’Arc-sur-Tille.

« Arc-sur-Tille est devenue un symbole et un modèle de toutes ces églises de petites communes, mal entretenues depuis des décennies et dont le destin dépend de la volonté de la communauté », observe Benoit de Sagazan, rédacteur en chef de Patrimoine-en-blog, média en ligne de référence sur le patrimoine religieux.

Et d’énumérer les actions que les habitants doivent…

Lire la suite sur www.lepelerin.com/initiatives-region/solidarite/quand-les-citoyens-sauvent-leurs-eglises/

 

Lire aussi 5 vertus et 10 maximes tirées de mon expérience patrimoniale

 

(229 visites sur cette page - compteur installé sur le site le 22 juillet 2014)
(1 visites aujourd'hui)
Pocket

Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
Notifier de