La Croix : L’État au secours des villages pour sauver le patrimoine

Pocket
Article pouvant être lu en 2 minute(s) (hors éléments audio ou vidéo)

L’État au secours des villages pour sauver le patrimoine

Pour sauver son église, la mairie de Beauficel-en-Lyons, 150 habitants, doit trouver un million d’euros CC/PLINE/WIKIMEDIA COMMONS

Enquête par Bernard Gorce

Extrait :

Le projet de loi sur les élus locaux, attendu mi-juillet, va lever un frein au financement des opérations de rénovation du patrimoine local. Les petites communes qui n’ont pas de fonds propres pourront obtenir 100 % de subventions.

Cette querelle de clocher pourrait faire avancer une belle cause, celle de la sauvegarde du petit patrimoine local. Beauficel-en-Lyons est un village de l’Eure de 150 habitants et sans un sou pour envisager la réfection de son église Notre-Dame, à l’architecture si particulière. Le clocher vieux de quatre cents ans, flanqué de quatre petits clochetons, menace de s’effondrer, la charpente est en très mauvais état… Une première tranche de travaux a été estimée à plus de 235 000 € et il en faudrait un million pour sauver l’édifice en péril, selon Jean-Marc Mouquet, le maire du bourg.

(…)  Or la commune hésite à emprunter. « C’est une usine à gaz, se désole l’élu. Pour les toutes petites villes qui n’ont pas de fonds propres, il faudrait un dispositif spécial qui permette à l’État de se substituer complètement à elles. »

Des dérogations accordées par les préfets

C’est pour débloquer ce genre de situation que le gouvernement s’est engagé à modifier le code général des collectivités territoriales. Dans le projet de loi « proximité et engagement » (lire ci-dessous) que le ministre en charge des collectivités locales, Sébastien Lecornu, présentera mi-juillet, un article vise à assouplir la règle selon laquelle le maître d’ouvrage doit financer au moins 20 % d’une opération…

(…) Alain de la Bretesche, président de la Fédération Patrimoine-Environnement, souligne pour sa part que « depuis vingt ans, le budget de l’État alloué au patrimoine stagne. Et, avec les lois de décentralisation, la préservation du patrimoine local a été transférée aux départements dont les finances sont très contraintes. »

L’avocat alerte aussi sur les conséquences du développement des intercommunalités dans lesquelles les clochers à sauver risquent de se retrouver en concurrence les uns avec les autres….

Lire l’intégralité de l’article sur le site de La Croix

(277 visites sur cette page - compteur installé sur le site le 22 juillet 2014)
(1 visites aujourd'hui)
Pocket

Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
Notifier de