Archive for the ‘Citations’ Category

Sic :  » Il est venu le temps d’entretenir notre patrimoine »

13 février 2009

MONUMENTS HISTORIQUES NICOLAS SARKOZY

« Il est venu le temps d’entretenir notre patrimoine, c’est aussi une affaire d’identité, de sens, de respect de notre culture. (…) Je ne veux en rien porter atteinte à la laïcité de l’Etat, mais quand on voit ce long chapelet d’églises et de cathédrales, quand on connaît l’histoire de France et les rapports entre l’église et le Roi de France, il me semble que c’est notre devoir d’entretenir ce patrimoine… »

Nicolas Sarkozy à Nîmes 13 janvier 2009

Lire ci-dessous la partie intégrale de son discours consacrée au Patrimoine de la France :

(suite…)

Sic : « La création de valeur est possible autour du patrimoine »

20 novembre 2008

«  En France, le mot argent devient tabou dès qu’on parle de culture. Or la culture est financée». Elle peut même «être porteuse de croissance», en «créant des emplois non délocalisables et des richesses supplémentaires». (…) Quant à la création de valeur, elle est possible «autour du patrimoine en attirant mieux des gens qui nous comprendrons mieux». «Plus on reçoit des gens et plus on est fier de son patrimoine, plus on a envie d’aller ailleurs». «Les biens culturels sont cumulatifs.« 

Niocolas Seydoux, président du conseil de surveillance de Gaumont et président du Forum d’Avignon, parfois nommé «Davos de la Culture», au Talk Orange-Le Figaro , le 19 novembre 2008.

(suite…)

Sic : « Les milliers de chapelles, d’églises, d’abbayes et de cathédrales… »

12 septembre 2008

b16.gif

« Lors de votre visite à Rome, Monsieur le Président, vous avez rappelé que les racines de la France – comme celles de l’Europe – sont chrétiennes. L’Histoire suffit à le montrer : dès ses origines, votre pays a reçu le message de l’Évangile. Si les documents font parfois défaut, il n’en reste pas moins que l’existence de communautés chrétiennes est attestée en Gaule à une date très ancienne : on ne peut rappeler sans émotion que la ville de Lyon avait déjà un évêque au milieu du IIe siècle et que saint Irénée, l’auteur de l’Adversus haereses, y donna un témoignage éloquent de la vigueur de la pensée chrétienne. Or, saint Irénée venait de Smyrne pour prêcher la foi au Christ ressuscité. Lyon avait un évêque dont la langue maternelle était le grec : y a-t-il plus beau signe de la nature et de la destination universelles du message chrétien ? Implantée à haute époque dans votre pays, l’Église y a joué un rôle civilisateur auquel il me plaît de rendre hommage en ce lieu. Vous y avez-vous-même fait allusion dans votre discours au Palais du Latran en décembre dernier et de nouveau aujourd’hui. Transmission de la culture antique par le biais des moines, professeurs ou copistes, formation des cœurs et des esprits à l’amour du pauvre, aide aux plus démunis par la fondation de nombreuses congrégations religieuses, la contribution des chrétiens à la mise en place des institutions de la Gaule, puis de la France, est trop connue pour que je m’y attarde longtemps. Les milliers de chapelles, d’églises, d’abbayes et de cathédrales qui ornent le cœur de vos villes ou la solitude de vos campagnes disent assez combien vos pères dans la foi ont voulu honorer Celui qui leur avait donné la vie et qui nous maintient dans l’existence ».

Benoît XVI dans son discours à Nicolas Sarkozy, président de la République, à l’Elysée, le 12 Septembre 2008

(suite…)

Sic : « La véritable raison de la supériorité des Grecs et des Romains sur nous »

15 août 2008

« Je crois que la véritable raison de la supériorité des Grecs et des Romains sur nous (…) est qu’ils étaient vraiment patriotes, et que nous sommes égoïstes ; qu’ils donnaient tout au faste public, et nous au faste privé. On ne peut plus arracher aujourd’hui de l’argent aux particuliers pour les édifices publics que par la charge forcée d’un impôt ou la trompeuse amorce d’une loterie : un loterie a bâti l’église de Saint-Sulpice ; une imposition sur les cartes a été appliquée à la construction et au maintien de l’Ecole militaire »

Charles de Peyssonnel in L’antiradoteur ou le Petit philosophe moderne 1785
Edition reprise, présentée et anotée par Mario Pasa aux Editions Payot sous le titre « Petite Chronique du Ridicule. les Français ont-ils changé depuis 1782 ? » 2007

(suite…)

Sic : « La plupart des édifices qui ornent Paris sont ou imparfaits ou masqués »

8 août 2008

« La plupart des édifices (de Paris) qui sont le principal ornement de la ville sont ou imparfaits, ou masqués : il manque au Louvre l’autre aile des galeries du côté de la rue Saint-Honoré ; il n’y a point encore de place régulière et décorée devant sa superbe façade qui a pour pendant l’église gothique de Saint-Germain-l’Auxerrois. Le portail de Saint-Sulpice est placé dans la ruelle, entre l’église et le séminaire, et il faut se tordre le col pour pouvoir porter la vue jusqu’au second rang des colonnes. L’Ecole de chirurgie est tellement bornée par la barbare église des Cordeliers que les carosses ne peuvent entrer dans la cour. Il faut deviner le portail de Saint-Gervais, un des chefs-d’oeuvre de l’architecture… »

Charles de Peyssonnel in L’antiradoteur ou le Petit philosophe moderne 1785
Edition reprise, présentée et anotée par Mario Pasa aux Editions Payot sous le titre « Petite Chronique du Ridicule. les Français ont-ils changé depuis 1782 ? » 2007

(suite…)

Le bêtisier de l’Histoire

10 juillet 2008

betisier%20histoire.bmp
Après les résultats du bac fleurissent les perles des cancres (lire ci-dessous). André larrané, fondateur du site herodote.net auquel je fais souvent référence, a créé un blog Le bêtisier de l’Histoire, dans lequel il relève les perles de journalistes et d’essayistes contemporains. Sont notamment épinglées des personnalités telle Bernard Henri Levy… Comme quoi l’approximation n’est pas que l’affaire des ignards et des cancres.
S’il traque ces erreurs publiées dans des livres ou dans la presse, c’est moins pour se moquer des coupables que pour mener le combat de l’exactitude des références historiques et éviter que ces « bêtises  » ne se répètent jusqu’à devenir des contre-vérités. Une oeuvre salutaire en somme.

(suite…)