Il faut sauver le clocher de la Miséricorde à Caen (Archive 2006)

Pocket
Article pouvant être lu en 3 minute(s) (hors éléments audio ou vidéo)

Suite à une note précédente concernant le sauvetage du clocher de la chapelle de la Miséricorde à Caen (Calvados), je viens de recevoir des informations complémentaires. La première est l’ouverture d’une page sur ce sujet sur le site de la Fondation de La Miséricorde qui mène aujourd’hui une campagne de levée de fonds afin que le clocher ne soit pas arasé et ne disparaisse pas du ciel caennais.


Sur le site de la Fondation de la Miséricorde, vous trouverez bien évidemment un rappel historique de cet ancien couvent bénédictin dont les traces les plus lointaines remontent au 13ème siècle et qui a laissé place depuis un demi siècle à une maternité où nombre de Caennais et de Bas-Normand ont vu le jour pour la première fois.

Oeuvre des Bénédictines qui s’installèrent dans ce couvent en 1816 et en reconstruisirent la chapelle,  » la flèche du clocher a été bien ébranlée par les bombardements de 1944 et sans doute restaurée un peu sommairement après guerre. Ainsi les effets des années se poursuivant sur l’édifice déjà bien fragilisé, la flèche menace aujourd’hui de s’écrouler, et comme l’indique le pare gravats qui l’entoure depuis de longues années, elle est bien malade. »

Si rien n’est fait elle sera arasée.

C »est pourquoi l’appel au don est lancé et soutenu par la Fondation du patrimoine.
Le bon de soutien est télécharchable sur le site de la Fondation.

Enfin, qu’il me soit permis ici de remercier Mme Sylvie Caillot, fidèle lectrice de Pèlerin, qui nous a informé de cette opération d’importance.

Mardi 19 décembre, mon confrère Raphaël Fresnais, journaliste à Ouest-France, faisait le point surt la mobilisation des Caennais :

Selon Henri Guyon, président de la Fondation de la Miséricorde, deux autres symboles méritent également d’être associés à la générosité déclarée : « Si le clocher venait à être rasé, cela reviendrait à un trou dans le ciel, or les gens sont attachés au côté monumental, panoramique. Et puis ce clocher est l’un des symboles de la bataille de Caen lors de la Seconde Guerre mondiale. C’est d’ailleurs pour cela que le Comité du Débarquement s’intéresse à notre opération. »
Créé depuis quelques semaines, le comité de parrainage s’est encore élargi. La mairie, la préfecture, l’association Monuments, sites et musées du Calvados, le Mémorial, les Vitrines de Caen et quelques personnalités telles que l’ancien maire Jean-Marie Girault composent désormais ses rangs.
8 600 € de dons privés
Le montant du devis est toujours le même : 400 000 € de travaux nécessaires. L’État et le Département se sont engagés à hauteur de 15 % (60 000 €) chacun, la ville à hauteur de 5 % (20 000 €). « Avec la contribution de la Congrégation, cela représente la moitié de la somme qu’il nous faut réunir. » Pour le reste, il faudra compter sur la générosité des particuliers, des entreprises et le concours déjà promis de la Fondation du patrimoine.

(173 visites sur cette page - compteur installé sur le site le 22 juillet 2014)
(1 visites aujourd'hui)
Pocket

5
Poster un Commentaire

avatar
5 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
4 Auteurs du commentaire
Bruno HERGASBSELTERNdelmotte Auteurs de commentaires récents

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Bruno HERGAS
Invité
Bruno HERGAS

Bonjour, Nous sommes maintenant en juin 2015, presque une dizaine d’années plus tard. Le clocher de la Miséricorde a été sauvé, grâce aux dons des particuliers et aux subventions publiques (donc grâce à moi aussi via les impôts que je paye). Ainsi, dix ans après avoir fait appel à la générosité publique pour sauver son propre patrimoine, la Fondation de la Miséricorde s’attaque au patrimoine commun des caennais en défigurant une des entrées dans le Site Inscrit de Caen par la rue des Cordeliers, à deux pas de l’hôtel de Colomby (XVIIème, classé MH en 1927). C’est là que la… Lire la suite »

BS
Invité
BS

Cher Elthern, il s’agit d’un bien immobilier privé. Mais si vous lisez bien l’article de Ouest-France, vous verrez que l’Etat prend sa part dans ce sauvetage.
L’Etat a déjà beaucoup de difficulté à bien entetenir les monuments qui lui appartiennent en propre, telles les cathédrales, pour pouvoir subvenir à tous les besoins de sauvegarde du patrimoine. Je ne trouve pas tout à fait anormal que des particuliers puissent être sollicités, même si, comme le souhaite le rapport Richert, on pourrait mieux faire en terme de ressources bugétaires et de mécénat.

BS
Invité
BS

Cher Delmotte, vous trouverez toutes informations utiles au don dans la première note sur le clocher de la Miséricorde (lire en bas de l’article) ou en vous rendant sur le site de la Fondaztion de la Miséricorde dont vous trouverez le lien dans l’article

ELTERN
Invité
ELTERN

Ce monument est-il classé monument historique ?
Pourquoi la restauration n’est-elle pas prise en charge par l’Etat? A Paris la question ne se poserait même pas.
Mais CAEN est trop loin de Paris pour intéresser le Pouvoir Central.

delmotte
Invité
delmotte

Comment effectuer un don ou mon père a vu le jour.
J’y ai passé de nombreuses vacances chez ma grand mère qui habitait face à la clinique Saint Martin & je me souviens malgré mon jeune âge d’être venue juste après le débarquement lorsque la ville était dominée par les clochers des églises excepté celui se Saint Pierre dont la flèche était détruite
Cela a marqué beaucoup la petite fille de 8 ans que j’étais