La Collection Yves Saint Laurent et Pierre Bergé aux enchères

Pocket
Article pouvant être lu en 13 minute(s) (hors éléments audio ou vidéo)

vente%20berg%C3%A9%20st%20laurent.bmp PATRIMOINE BEAUX ARTS VENTE AUX ENCHÈRES

La vente historique de la Collection Yves Saint Laurent et Pierre Bergé organisée, au Grand Palais, à paris, du 23 au 25 février 2009, a été dispersée pour 373,5 millions d’euros.
Tandis que Christine Albanel, se félicitait qu’une partie des œuvres d’art présentées ait pu rejoindre les collections des musées nationaux, un coup de théâtre est survenu : l’acheteur chinois des deux têtes de lapin et de rat refusait d’acquitter l’enchère… dans un geste « patriotique ». Aujourd’hui, l’homme d’affaires chinois apparait un peu plus seul avec ses bronzes. Selon Sylvie Kauffmann Deux hommes, un Français et un Chinois, fournissent peut-être la clé de la dernière controverse qui oppose Paris et Pékin
Lire ci-dessous.


L’actualité de la vente :

Nouveau ! Perdre la face pour deux têtes, par Sylvie Kauffmann, Le Monde 13 mars 2009.
CHRONIQUE Deux hommes, un Français et un Chinois, fournissent peut-être la clé de la dernière controverse qui oppose Paris et Pékin. Non, il ne s’agit ni de Pierre Bergé, le collectionneur, ni de Cai Mingchao, l’homme par qui le scandale est arrivé, celui qui a osé se porter acquéreur de deux têtes d’animaux de bronze de la dynastie Qing, le rat et le lapin, au cours d’une fabuleuse vente aux enchères, pour refuser ensuite de payer le premier sou des 31,4 millions d’euros dus….

figaro%20bronzes%20chinois.bmp Le gouvernement chinois nie toute implication dans la vente aux enchères des deux bronzes du Yuanmingyuan, selon xinhuanet.com, le 6 mars 2009.
BEIJING, 6 mars (Xinhua) — Shan Jixiang, directeur de l’Administration d’Etat du Patrimoine culturel (AEPC), a nié vendredi l’implication du gouvernement chinois dans l’achat des deux pièces en bronze pillées de l’ancien Palais d’été Yuanmingyuan et vendus aux enchères par Christie’s à Paris, indiquant que l’enchérisseur avait agi de manière privée. « L’achat était un acte personnel », a indiqué Shan Jixiang…
L’homme d’affaires chinois, seul avec ses bronzes Figaro 5 mars 2009
Après son refus de payer les deux têtes chinoises, Cai Mingchao, consacré héros national il y a peu, est lâché par les autorités et les internautes.
Après avoir annoncé en début de semaine qu’il ne paierait pas pour les trésors volés à la Chine au XIXe siècle, l’acheteur Cai Mingchao semble attendre la fin de la période des sept jours – délai maximum pour payer – avant de confirmer sa décision. Lundi dernier, il avait révélé son identité (…). Depuis, les autorités chinoises ont pris leurs distances. «Sa position est personnelle et n’a rien à voir avec nous», s’est contentée de répondre une responsable du ministère de la Culture interrogée par Le Figaro. De son côté, le ministère des Affaires étrangères continue de juger cette vente aux enchères illégale et demande la restitution des pièces à la Chine, mais affirme ne pas avoir été au courant de la démarche de M. Cai….

Empêcher la vente à tout prix le Petit Journal 3 mars 2009
Tout commence en janvier 2009 avec l’annonce de la vente aux enchères des collections Pierre Bergé-Yves Saint-Laurent chez Christie’s des 23-25 février. Cette collection comprenait notamment deux têtes d’animaux en métal, l’une de rat, l’autre de lapin, appartenant à un cycle du zodiaque chinois, en provenance d’une fontaine à eau du XVIIIe siècle, « désignée » par le jésuite français Michel Benoist au Yuanmingyuan.
(…) En Chine, on a vu se dessiner une opposition générale à la vente de ces oeuvres. Une armada de spécialistes, professeurs, avocats, présidents d’association mais aussi des étudiants ou des internautes, tous se sont demandés comment résoudre les faits légués par l’histoire. Finalement, c’est un acheteur chinois, Cai Mingchao, membre de l’association du Fonds du Patrimoine National Chinois, créé en 2002, qui a acquis ces deux pièces pour la somme de 31, 49 millions d’euros. Mais, coup de théâtre, l’acheteur n’a aucune intention de payer. Il s’agissait simplement d’user d’un stratagème pour que ces pièces reviennent à la Chine, étant donné qu’elles ont été arrachées à leur site initial et que les Chinois sont aujourd’hui très regardants quant à leur patrimoine.
(…) C’est là le dessein du Fonds du Patrimoine National Chinois. Mais pas au prix fort : cinq des douze têtes d’animaux du zodiaque (appartenant à la fontaine de Benoist), celles des bœuf, tigre, singe, cheval et cochon, ont été récupérées depuis 2003. Le groupe Poly, conglomérat public dépendant de l’armée et le milliardaire hongkongais Stanley Ho, ont racheté les autres têtes lors d’enchères.
En France, le vendeur, Pierre Bergé, était partant pour donner à la Chine les deux têtes supplémentaires de rat et de lapin mais sous condition… « d’ingérence dans les affaires intérieures de la Chine », à savoir la reconnaissance des… droits de l’Homme….

Pierre Bergé : 2e vente en Novembre AFP 27 février 2009
Une nouvelle vente de mobilier et d’objets d’arts ayant appartenu à Yves Saint Laurent et Pierre Bergé, provenant du « Château Gabriel » qui était leur résidence de Normandie, sera organisée dans les locaux de Christie’s à Paris les 17, 18 et 19 novembre, indique Christie’s. La vente, qui n’aura pas l’ampleur de celle qui s’est déroulée au Grand Palais de lundi à mercredi, proposera quelque 600 lots, constitués de mobilier et d’objets d’art, a indiqué le commissaire-priseur Lionel Gosset en charge de la vente, interrogé par l’AFP.
Les pièces n’ont pas fait encore l’objet d’estimations précises mais l’estimation finale devrait tourner autour des 2-3 millions d’euros, loin des 373,9 M EUR accumulés en début de semaine.

Pour Christine Albanel, ministre de la Culture, « cette vente reste un succès mondial, un record historique » dont a bénéficié Paris.
Dans un communiqué daté du 26 février, la ministre a remercié  » Pierre Bergé pour les œuvres dont il a fait don à l’Etat : la tapisserie de Burne-Jones, «l’Adoration des mages », qui rejoindra les collections du musée d’Orsay et le tableau de Goya, « Le portrait de Don Luis Maria de Cistué », offert au musée du Louvre. »
D’autres œuvres ont pu êtres acquises par les Musées, lors de cette vente exceptionnelle :
– Les Lilas, d’Edouard Vuillard, pour le musée d’Orsay
– Au Conservatoire, de James Ensor, pour le musée d’Orsay
– Il Ritornante, de Georgio de Chirico, pour le Centre Pompidou
– Un portrait miniature de Louis XIV, par Petitot, pour le musée du Louvre
– Une plaque en émail de Limoges du XVIème siècle représentant Paris, par Léonard Limosin, pour le musée national de la Renaissance au Château d’Ecouen
– Deux plaques en émail de Limoges du XVIème siècle représentant Arthur et Josué, par Martial Ydeux, pour le musée national de la Renaissance au Château d’Ecouen
Ces acquisitions d’un coût total de 13.135.000 euros, ont pu être réalisées grâce à la mobilisation des crédits de l’Etat (fonds duPatrimoine, crédits d’acquisition des musées), aux contributions des sociétés d’amis de musées et au mécénat de Pierre Bergé.

La collection YSL/Bergé a été dispersée pour 373,5 millions d’euros (source AP du 25 février 2009) :
(…) Cette vente historique aura tenu ses promesses, avec plusieurs records mondiaux et un produit total de 373.496.500 euros (frais inclus), qui dépasse de beaucoup l’estimation moyenne de 300 millions d’euros. Devant la presse, Pierre Bergé s’est dit « très heureux des résultats de cette vente, malgré la crise », car il n’avait pas demandé de garanties à Christie’s. « D’autres m’avaient demandé d’attendre la fin de la crise, ce que j’ai refusé », a ajouté l’homme d’affaires. « J’ai voulu ramener le marché de l’art à Paris, et je l’ai fait, et j’espère que les collectionneurs et acheteurs n’auront plus peur de vendre de l’art à Paris », a-t-il conclu…

La « touche provençale » de la Collection YSL & Bergé a la cote La Provence 24 février 2009
Les toiles de Cézanne et Matisse peintes par les artistes dans notre région et appartenant à la Collection Yves-Saint-Laurent et Bergé ont été vendues hier soir à la « vente du siècle ». (…) Ainsi, l’aquarelle du maître aixois Paul Cézanne La montagne Sainte-Victoire vue des Lauves (recto); Etude d’arbres (verso) , exécutée par l’artiste vers 1902-1906 et estimée entre 2 et 3 millions d’euros, s’est vendue à 2,81 millions d’euros. Les trois toiles d’Henri Matisse qui faisaient également partie de cette « touche provençale », le maître du fauvisme les ayant réalisées alors qu’il était de passage dans le Var ou installé à Nice, sont également parties à très bon prix. Estimé entre 150 et 200 000 €, Portrait de Micheline, réalisé en décembre 1939, a fait le bonheur d’un collectionneur pour la somme de 385 000 €. Le Danseur, exécuté par Matisse en 1937-1938, et estimé entre 4 et 6 millions d’euros, a quitté la Collection pour 6,785 millions €. Enfin, Nu au bord de la mer , une huile sur toile estimée également entre 4 et 6 millions d’euros, signée et datée et où l’artiste a posé la note suivante : « Ce tableau a été peint à Cavallière (Var) en 1908 », à quant à elle aussi été vendue au-delà de prix estimé : 8,241 millions d’euros.
Rien à voir évidemment avec ce record obtenu par Matisse pour Les coucous, tapis bleu et rose qui a suscité le plus de convoitise et fait monter les enchères jusqu’à 35,9 millions d’euros avec les frais alors que sa vente était estimée entre 12 et 18 millions d’euros ! Un record du monde ! Quoi qu’il en soit, par l’acquisition de ces toiles, c’est un peu de notre belle région qui s’est « dispersée » à travers le monde (selon Christie’s, 30 % des acheteurs étaient des Américains et quelque 70 % des Européens, dont 12 % de Français)…

YSL-Bergé : la «vente du siècle» remplit ses promesses Figaro 24 février 20
En une seule soirée, il s’est vendu pour 206,15 M€ d’œuvres impressionnistes et modernes. Du jamais-vu pour une collection privée.

Rocade Nord, route glissante… Au coeur de la vente Saint Laurent-Bergé L’Express 24 février 2009
Annick Colonna-Césari, journaliste à L’Express, a pu assister à la première soirée de vente aux enchères de la collection Saint Laurent-Bergé. Récit de l’événement vu de l’intérieur.
206 millions d’euros : c’est le chiffre d’affaires réalisé par la vente de la collection Yves Saint Laurent – Pierre Bergé, et un record mondial pour une collection privée dispersée aux enchères. En 1997, la collection Victor et Sally Ganz à New York avait « seulement » rapporté 163 millions. Dès le premier soir des trois jours de ventes, l’estimation globale fixée entre 200-300 millions a donc déjà été dépassée. (…) Durant la première soirée, une soixantaine de lots ont été dispersés. Il en reste encore … 672. La vente se poursuit donc mardi avec des tableaux et dessins anciens et du 19è siècles, et des oeuvres d’art décoratif. Et mercredi par les arts d’Asie. A la demande de Pierre Bergé, deux oeuvres ont été enlevées : un tableau de Goya dont il fait don au Louvre et une tapisserie de Burne-Jones , qu’il offre au musée d’Orsay. Mais les deux pièces que les autorités chinoises – une tête de rat et une de lapin, provenant de la Cité interdite -menaçaient de faire retirer de la vente, seront elles bien présentes…

Bergé – Saint Laurent, la collection en images Libération 22 février 2009
La foule se presse ce samedi au Grand Palais à Paris pour admirer la collection de Pierre Bergé et Yves Saint Laurent, exposée avant d’être vendue aux enchères lundi. Tour du propriétaire. (Voir aussi en pdf le dossier spécial que Libération consacre à cette «vente du siècle»…

Découvrez les trésors de la « vente du siècle » Le Parisien 20 février 2009

Pierre Bergé : échange statues chinoises contre droits de l’Homme Europe1 20 février 2009
« Je ne ferai pas de cadeau aux Chinois contrairement à ce qu’ils imaginent. Je suis prêt à donner ces têtes chinoises à la Chine s’ils sont prêts à reconnaître les droits de l’Homme », a déclaré vendredi Pierre Bergé dont la collection constituée avec Yves Saint Laurent sera dispersée la semaine prochaine à Paris lors d’une vente aux enchères historique. (…) Des avocats chinois ont annoncé vendredi avoir entamé une procédure judiciaire à Paris pour empêcher la vente de ces deux pièces : une tête de rat et une tête de lapin en bronze, pillées à Pékin il y a près de 150 ans au Palais d’été par les troupes franco-britanniques à l’occasion de la seconde guerre de l’opium. Elles sont estimées autour de 10 millions d’euros pièce.
Un juge des référés de Paris doit statuer lundi sur un référé déposé au nom de l’Association pour la protection de l’art chinois en Europe (Apace). « Ces têtes chinoises ont été pillées il y a 150 ans en Chine comme ont été pillées les fresques du Parthénon à Athènes qui sont au British museum, comme ont été pillées beaucoup de pièces qui se trouvent dans tous les musées du monde », a souligné Pierre Bergé. « Là dessus il y a une législation et une jurisprudence », a encore dit l’ancien président de la maison de couture Yves Saint Laurent, homme de gauche engagé et qui a financé en 1989 la Maison de la Démocratie Chinoise de Paris, destinée à venir en aide aux dissidents et étudiants chinois ayant fui la Chine après l’écrasement du soulèvement étudiant de la place Tiananmen…

Vente YSL/Bergé: une tapisserie de Burne-Jones offerte au musée d’Orsay AFP 18 février 2009
Une des tapisseries de Sir Edward Coley Burne-Jones, « L’adoration des mages », figurant dans la collection Yves Saint Laurent/Pierre Bergé, est finalement offerte par M. Bergé au musée d’Orsay, a indiqué mercredi la maison de vente aux enchères à l’AFP.

Rappel de la premier note sur ce sujet :

Représentant l’une des plus importantes collections privées constituées au cours du siècle dernier, la Collection Yves Saint Laurent et Pierre Bergé réunit des chefs d’œuvres de la peinture moderne, des dessins et des peintures des Grands Maîtres ainsi que d’artistes du XIXéme siècle> des pièces d’orfèvrerie de la Renaissance allemande, des meubles et des objets d’Art Déco, des sculptures remarquables, des œuvres d’art et des meubles du XVIIème et du XVIIIème siècle, de l’art asiatique et des antiquités.

Plus de 700 œuvres et objets d’art sont au catalogue. Pour les avoir vus samedi au Grand Palais, (après une attente quasi interminable de plusieurs heures), force est de reconnaître la très grande qualité de cette collection patiemment constituée au cours des cinquante dernières années. Des pièces exceptionnelles, de l’antiquité au XXème siècle, que nous ne reverrons sans doute pas de sitôt, puisque la majorité d’entre elles seront dispersées dans des collections privées…

Désolé, on ne peut plus accéder au catalogue !

************************

Retrouvez sur Patrimoine en blog d’autres notes sur des thèmes voisins dans les rubriques Actualité des beaux arts et objets d’art et Patrimoine du Jura

(71 visites sur cette page - compteur installé sur le site le 22 juillet 2014)
(1 visites aujourd'hui)
Pocket

6
Poster un Commentaire

avatar
6 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
5 Auteurs du commentaire
Justinboucolon paulBernard MattonRoger LefortBernard BATISSE Auteurs de commentaires récents

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Bernard Batisse
Invité
Bernard Batisse

Grâce aux dons superbes de Pierre Bergé au Louvre et à Orsay, tout n’a pas été perdu pour le patrimoine national. Mais en dehors du fascinant Chirico, préempté à juste titre, l’ effort de l’ Etat s’ est révélé bien faible ! Les occasions perdues risquent de ne jamais se retrouver pour acquérir des oeuvres rares, uniques, en peinture, sculpture, antiquités, mobilier, arts décos, orfévrerie, etc… Ceux qui ont fait comme moi 2 heures de queue pour voir ces merveilles en garderont un souvenir ébloui mais fugace, en sachant que la plupart d’ entre elles allaient partir à jamais vers… Lire la suite »

Justin
Invité
Justin

Pierre Loti raconte son voyage avec la Marine brittanique, il était également correspondant pour un journal français, auquel il racontait son voyage et ses étapes sur les rivages de Chine : « des hommes, vieillards faméliques couraient à nous armés de lances et coiffés d’abats-jours » « On tuait joyeusement » Parfois la baÏONNETTE coince contre une machoire béante ouverte pour un cri sans son, mais la force des bras occidentaux l’emporte, la machoire est tranpercée, avec un bruit caractéristique d’os brisé. C’est « amusant » ce regard qui s’éteint finalement. Voilà autour de quoi tournent les conversations le soir sur le pont… On comprend que… Lire la suite »

boucolon paul
Invité
boucolon paul

a ce jour je me demande sur quel planète je vie,je constate qu’une collection d’art est vendu 373 millions d’euros et moi a ce jour j’ai 45 ans et je ne trouve aucun boulot a 1300 euros par mois,si j’avais un tout petit million d’euros je pourrais faire vivre toutes ma famille sans une crainte de me dire comment je vais faire et comment tenir jusqu’à temps que le bon dieu puisse me rappeler et ceci pour ne plus constater de tel fait d’inégalité,je sais mr pierre bergé est un homme bien il a tant fait pour les associations pour… Lire la suite »

Bernard Matton
Invité
Bernard Matton

A mettre à l’actif de Pierre Bergé et Yves Saint Laurent, il y a également le superbe Jardin Majorelle de Marrakech, à recommander aux touristes. C’est un véritable havre de paix et de sérénité en plein coeur de la ville. Ici l’on décompresse, car c’est un îlot de calme et de fraîcheur, où dès l’entrée les jets d’eau rendent les plantes exotiques verdoyantes, exubérantes. Il a été créé par Jacques Majorelle, un artiste-peintre(inhumé à Nancy-Préville avec sa famille, dont le père Louis fut un ébéniste de la célèbre Ecole de Nancy). Près de l’entrée du musée, la villa de ce… Lire la suite »

Roger Lefort
Invité

Les oeuvres des Lalanne tiennent une place centrale dans la « vente du siècle » de la collection Yves Saint Laurent-Pierre Bergé au Grand Palais ( voir les pages 16-47, 360-365, 413-427 du catalogue de Christie’s). Et que va faire la Ville de Paris? Détruire le jardin crée par Mme Lalanne pour y mettre des Algeco pour le chantier de ce qui devait être une Canopée verte et devient de plus en plus un hangar caca d’oie. En tant qu’adjoint vous cautionnez ce massacre annoncé? M. Girard, Mme Hidalgo, Mme Giboudeaux, M. Delanoë, êtes-vous aveugles, fous à ce point? Arrêtez au nom… Lire la suite »

Bernard BATISSE
Invité
Bernard BATISSE

La collection Yves Saint-Laurent contient plusieurs dizaines d’ œuvres qui sont des trésors nationaux et qui doivent être préemptées par les Musées nationaux. (en d’ autres temps, c’ est toute le collection qui aurait été achetée par l’ Etat, souvenons nous de la collection Campana par exemple) Une pétition pourrait-elle être lancée en ce sens? Voire une souscription nationale ? A l’ heure ou l’ on jette des dizaines de milliards dans les trous sans fond du système bancaire, sans résultat tangible, on pourrait bien trouver 500 millions pour sauver un trésor bien réel et qui risque d’ être perdu… Lire la suite »