Les menaces se précisent sur l’église de Gesté (Maine-et-Loire)

Pocket
Article pouvant être lu en 3 minute(s) (hors éléments audio ou vidéo)

PATRIMOINE RELIGIEUX

Lu dans Ouest-France du 20 avril 2010 : L’église de Gesté est toujours en sursis

Des sondages sont en cours pour assurer une démolition de l’église et la reconstruction d’un édifice neuf. Au grand dam de l’association Mémoire vivante du patrimoine gestois. La polémique Les travaux de sondage de l’église de Gesté annoncés, il y a quelques semaines, sont lancés. Une foreuse est entrée en action dans l’édifice interdit au public. « Il faut qu’on conforte les fondations si toutefois il y a des fondations à faire. Nous voulons savoir où nous mettons les pieds, explique Jean-Pierre Léger, maire. C’est obligatoire, même si le nouvel édifice pèsera moins lourd que l’ancien ».

Cette initiative provoque la consternation chez les membres de l’association Mémoire vivante du patrimoine Gestois qui se battent pour sauver l’église existante. « Pourquoi fouiller ce terrain schisteux avec du gros matériel mécanique, sinon pour abîmer le sous-sol avec le risque évident de détruire d’éventuels trésors archéologiques à l’emplacement de l’antique église su XVe siècle ? » s’interroge Alain Durand membre l’association. Celui-ci s’insurge contre ce « travail de sapeur » qui risque d’ébranler le clocher (le seul élément qui devrait rester de l’église dans le projet de la municipalité) voire de détruire la belle crypte qui doit, elle aussi, être préservée.

Ce nouvel épisode montre que le désaccord est profond encore entre ceux qui sont favorables à la démolition de l’église de Gesté et ceux qui sont pour sa préservation. En mars 2008, l’association a fait une demande d’annulation du permis de démolir au tribunal administratif de Nantes. Pour elle, ce recours est suspensif. Ce n’est pas l’avis du maire. « Nous souhaitons que cela soit jugé le plus rapidement possible, commente Jean-Pierre Léger. On aurait eu la possibilité de démolir l’église. On ne l’a pas fait pour des raisons politiques. Passer outre aurait été une provocation ». La mairie estime que la majorité de la population approuve la démolition : « La communauté chrétienne de Gesté, à quelques rares exceptions près, est favorable à notre projet, sinon nous n’aurions pas été élus aux dernières élections municipales, ajoute Jean-Pierre Léger. Nous avons également le soutien de la paroisse et du diocèse. Nous prévoyons une nouvelle église plus conviviale, plus confortable, plus cocooning. Sa capacité sera de 450 places. Cela paraît suffisant pour les besoins d’aujourd’hui ».

« Chacun a le sentiment d’avoir raison », constate un observateur gestois. Côté municipalité, on ne souhaite pas revenir sur la décision prise par Michel Baron, ancien maire, de détruire l’église. Les raisons des élus sont essentiellement financières. « Tous les chiffres que nous avions avancés sont confirmés, explique le maire. L’expert mandaté par le tribunal administratif a indiqué que le somme de 3,7 millions d’euros serait nécessaire pour restaurer l’église.

Quant au coût de la démolition construction, il a fait l’objet d’une estimation précise sur la base d’avant-métrés. Il s’élève comme prévu à 1,350 million d’euros ». Ces arguments sont réfutés les membres de Mémoire vivante du patrimoine gestois, présidée par Joël Séchet. « Je n’ai jamais vu une rénovation coûter plus cher qu’une démolition et une reconstruction », s’indigne Jacques Chupin, maître d’oeuvre dans le bâtiment, membre de l’association. Comme d’autres, il dénonce l’abandon de l’entretien de l’édifice depuis une quinzaine d’années. Lire la suite

lire aussi

Gesté et Segré: les maires veulent démolir leur église…

Les églises angevines du 19ème siècle sont vraiment menacées…

(44 visites sur cette page - compteur installé sur le site le 22 juillet 2014)
(1 visites aujourd'hui)
Pocket

Tags:

Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
Notifier de