P. Norbert Hennique : Un héritage universel

Article pouvant être lu en 4 minute(s) (hors éléments audio ou vidéo)

CITATION – PATRIMOINE RELIGIEUX

Robert HenniqueLe 9 mars 2012, le P. Norbert Hennique, responsable du Département Art sacré au sein du Service National de Pastorale Liturgique et Sacramentelle, recevait aux Bernardins la décoration de commandeur dans l’ordre des arts et lettres. Nous lui avons demandé la permission de publier la conclusion de sa magnifique allocution.

« Notre France est belle, non seulement par les hommes aux visages multiples, « ces pierres vivantes » qui la composent, que par la diversité des paysages qu’elle déploie du nord au sud, d’ouest en est mais aussi par la richesse de son patrimoine artistique ! Il suffit simplement de regarder l’histoire de notre pays pour constater de la Chrétienté a laissé un magnifique héritage de civilisation et de culture. cet héritage est une chance pour l’Etat comme pour l’Eglise mais cet héritage est aussi un devoir à transmettre aux générations futures…

Mon expérience de ces années m’amène à souligner  » l’énorme investissement » déployé sur le terrain tant par les membres des commissions diocésaines d’art sacré qui dans chaque diocèse se sentent responsables de l’aménagement, de la restauration, de l’entretien des lieux de culte existants et de la création d’églises nouvelles que par les maires et les élus des communes, par les Directions régionales des affaires culturelles, les Conservateurs des monuments historiques, les Architectes des Bâtiments de France, les Conservateurs des Antiquités et Objets d’Art et tant d’autres…

S’ajoutant à tous ces acteurs, je ne peux oublier la place essentielle de toutes les associations qui oeuvrent à la connaissance et à la protection de l’inestimable patrimoine culturel français, à tous ceux et celles qui permettent à notre pays d’accueillir en ces lieux, non seulement ses concitoyens mais aussi quelques 77 millions de touristes venus découvrir notre pays, comme ce fut le cas l’an passé…

Je ne voudrais pas terminer cet entretien sans insister sur une découverte liée à ma responsabilité actuelle de l’Art sacré dans le cadre du Service National de Pastorale Liturgique et Sacramentelle.

Elle concerne tous les artisans d’art, ces professionnels d’excellence qui maîtrisent des techniques et des savoir-faire exceptionnels. Souvent inconnus, ils vivent dans leurs ateliers ou derrière les bâches des échafaudages. Ils sont les dépositaires d’un savoir-faire unique. ils permettent ainsi à cette intelligence de la main de se perpétuer et de se renouveler, et à une véritable école hors les murs de s’épanouir.

Non seulement ils restaurent, ils entretiennent mais ils participent par leurs créations à la vie artistique contemporaine grâce à leur capacité d’ouverture et de réinvention. ils forment un lien essentiel entre notre présent, notre mémoire intime et collective, et les nouveaux horizons qui s’ouvrent à nous.

Que serions-nous aujourd’hui, nous qui travaillons dans nos bureaux, si nous ne pouvions compter sur ceux qui, grâce à leur talent, ont la possibilité de parler au coeur de l’humanité, de toucher la sensibilité individuelle et collective, de susciter des rêves et des espérances, d’élargir les horizons de la connaissance t de l’engagement humain ?

je souhaite, comme nous le manifestons publiquement ce soir, que la remise de cette décoration, au-delà de ma personne, soit le signe de la collaboration entre l’Eglise catholique et l’Etat français, que cette collaboration se poursuive, s’approfondisse dans le domaine de la conservation, de l’enrichissment et de la présentation du patrimoine religieux ou d’origine religieuse.

Ce patrimoine cultuel est riche d’une histoire, d’un héritage commun non seulement français ou européen, mais véritablement universel, qu’il s’agisse de nos cathédrales, des abbayes, des églises, des chapelles, des plus humbles sanctuaires ruraux comme des temples et des synagogues. Qu’il s’agisse aussi aussi de de toutes les « images » proposées pour l’évocation de la transcendance, empreintes du talent d’artistes virtuoses ou de l’émotion des plus modestes artisans. Qu’il ‘agisse de la création des fabuleux instruments destinés à favoriser la prière et magnifier la liturgie ! Dans ce patrimoine culturel, je ne peux oublier les musées et les archives ainsi que les bibliothèques universitaires et les bibliothèques de recherche qui relèvent du ministère de l’Enseignement supérieur.

Je suis sur la route et plus le temps passe, plus je souhaite faire bon usage de mon emploi du temps pour aller de « découverte en découverte », de « commencement en commencement par des commencements qui n’ont jamais de fin », pour combler l’immense vide de mes connaissances, espérant « jouir un jour d’une vision jamais contemplée par les yeux, jamais entendue par les oreilles, jamais imaginée par la fantaisie ». (Saint Augustin). Une vision qui dépasse toutes les beautés terrestres dont le monde n’est pas loin, comme disait Paul Claudel :  » Juste de l’autre côté du chemin... ».

Lire aussi

Bernard Pivot : «Perdre ces trésors, c’est nous amputer d’une partie de nous-mêmes. Les faire renaître, c’est sauver nos âmes »

3 novembre 2011

Max Gallo : « Etre Français c’est d’abord aimer le paysage de la France »

15 décembre  2009

Benoit XVI :« Les milliers de chapelles, d’églises, d’abbayes et de cathédrales… »

12 septembre 2008

Commentaires via facebbok
(222 visites sur cette page depuis l'installation du compteur sur le site le 22 juillet 2014)
(1 visites aujourd'hui)

Tags:

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz