Pétition pour le retrait du chauffage aux Pénitents de Saint-Geniez d’Olt

Pocket
Article pouvant être lu en 2 minute(s) (hors éléments audio ou vidéo)

IMG0582bis PETITION

Dernière heure (12 juillet 2013) :

Aurélie Carnac via Facebook :  » Je vous informe que la pétition va être retirée. L’ABF m’a contacté, ce système est temporaire (uniquement l’hiver). Le chauffage va être retiré dans la semaine et ce jusqu’à l’hiver prochain. »

Chauffage d’hiver temporaire, retiré en juillet (qui marque la véritable fin de l’hiver semble-t-il)… Le provisoire aurait trop souvent le désir de s’éterniser s’il n’y avait des veilleurs vigilants !

Une pétition m’a été communiquée via twitter par Aurélie Carnac « Pour le retrait du chauffage aux pénitents de Saint-Geniez d’Olt », dans l’Aveyron

Voici le texte de la pétition, illustré par l’une de ses photo ci-contre :

 » Les confréries de pénitents nous ont laissé un patrimoine religieux important autant d’un point de vue historique qu’artistique. Le projet de l’actuelle chapelle des pénitents noirs de Saint Geniez d’Olt éclot le 12 janvier 1672. L’édifice présente un plan simple (nef unique et abside) et un extérieur très sobre. Passez la porte de la chapelle et le proverbe « Ne vous fiez pas aux apparences » prend alors tout son sens. En dehors de la présence d’un retable, vous êtes attirés par la voûte surbaissée au riche décor peint.

Entièrement peinte par Jean et Charles Grandon (père et fils) en 1705, l’ensemble offre à notre vue une succession de saints et de scènes. Au dessus de l’autel, la trinité veille sur les confrères. Au centre du plafond, Elie sur son char et l’Assomption de la Vierge démontrent la qualité des deux peintres (qui achèveront leurs carrières à Lyon). La décollation de saint Jean-Baptiste et La présentation de la Vierge au temple viennent achever ce cycle qui nous reste incomplet.

Ce superbe ensemble est aujourd’hui purement et simplement gâché par la présence d’un système de chauffage mis en place récemment. En effet, des clichés, datant de 2009, montrent l’absence des deux éléments chauffant.

Comment peut-on sur un monument classé laissé faire ce genre d’aménagement? Aujourd’hui, il est impossible d’apprécier ce travail magnifique. Il faut alors jongler et se déplacer autour de ces chauffages. Leur mise en place est purement abérante. De plus, pour l’un le système d’accrochage est fixé au milieu de la signature des artistes peintres !

Ce chauffage est sans doute nécessaire au vue de l’emploi actuel (bien que ponctuel) de la chapelle (auditorium) mais il est sans doute possible de l’aménager ailleurs (sur les bas côtés par exemple).

Si vous êtes sensible à ce patrimoine, je vous invite à signer cette pétition pour le retrait et le déplacement de ce système. »

Signer la pétition

(193 visites sur cette page - compteur installé sur le site le 22 juillet 2014)
(1 visites aujourd'hui)
Pocket

Tags: , ,

2
Poster un Commentaire

avatar
1 Fils de commentaires
1 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
2 Auteurs du commentaire
sagazanbitika Auteurs de commentaires récents

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
le plus récent le plus ancien le plus populaire
Notifier de
bitika
Invité
bitika

nous avons signe et diffuse, des le commentaire d’hier ; nous ne pouvions imaginer un tel manquement au respect de l’architecture et de la beaute des fresques si M. le cure et ses ouailles ont froid, ils doivent se couvrir plus chaudement. Comment faisaient nos ancetres ? Je ne sais pas si c’est toujours le cas, mais l’epouse du proprietaire du Chateau de Flaugergues, pres de Montpellier.. je peux communiquer leur nom pas message prive) faisait partie de la Commission de Sauvegarde du Patrimoine Religieux (peut-etre pas le titre exact), et lui etait egalement implique dans la sauvegarde des MH..… Lire la suite »