Succès du mécénat pour la restauration de la Victoire de Samothrace

Pocket
Article pouvant être lu en 4 minute(s) (hors éléments audio ou vidéo)

LOUVRE

Victoire de Samothrace 2

La campagne d’appel aux dons pour la restauration de la Victoire de Samothrace, lancée du 3 septembre au 31 décembre 2013, a remporté un franc succès. En effet grâce aux dons de 6 700 donateurs, la somme d’un million d’euros a été réunie.

(Extrait du communiqué de presse) La Victoire, actuellement en restauration, retrouvera sa place, au sommet de l’escalier Daru, au début de l’été 2014. La rénovation de l’escalier ne s’achèvera qu’en mars 2015.

Lancée le 3 septembre 2013, la campagne d’appel aux dons s’est achevée et, en seulement quatre mois, le million manquant au budget du chantier a été réuni. Jean-Luc Martinez, président-directeur du musée du Louvre se félicite du « succès populaire qui dit, une nouvelle fois, l’attachement du public français et étranger au patrimoine et particulièrement aux collections permanentes du Louvre ».

 

Les contributions des 6 700 donateurs individuels vont de 1 à 8 500 €. Le don moyen est de 134 € et le don le plus fréquent de 50 €. 60% des donateurs ont contribué pour la première fois à une campagne d’appel au dons du Louvre, signe de la grande popularité de la Victoire de Samothrace. Quelques étrangers, amoureux de l’art grec, et parmi eux des Japonais, ont également contribué. Certains particuliers, au nombre de 291, ont souhaité devenir ambassadeurs de la campagne en recrutant, parmi leurs proches via les réseaux sociaux, des fonds pour la campagne : 14 960 € ont ainsi été rassemblés grâce à leurs actions.

Pour cette quatrième campagne, on constate un engagement fort d’entreprises qui comptabilisent 25% de la totalité des dons. Le million d’euros vient s’ajouter aux trois millions déjà réunis grâce au soutien de trois mécènes, la télévision japonaise Nippon Television Holdings, mécène principal, l’entreprise française F. Marc de Lacharrière (Fimalac), mécène historique du département des Antiquités grecques, étrusques et romaines, et le Projet de Conservation Artistique de Bank of America Merrill Lynch. Ensemble, ils couvrent le montant de cet important chantier de restauration mené par le musée du Louvre et qui vise à redonner toute sa splendeur à l’une des icônes des collections.

La restauration de la Victoire de Samothrace, menée par Daniel Ibled et son équipe de sept restaurateurs, se poursuit. La statue a été déplacée avec précaution le 10 septembre 2013 dans la Salle des Sept Cheminées où une cabine de restauration a été spécialement construite. Les vingt-trois blocs qui constituent sa base en forme de bateau ont été démontés et déplacés à leur tour sur plusieurs semaines.

Le Centre de Recherche et de Restauration des Musées de France (C2RMF) a ausculté la statue : photographies de détails, observation de la surface du marbre au vidéo-microscope, photographies sous ultra-violet pour repérer les badigeons modernes, radiographie au rayon X des ailes pour comprendre le montage du XIXe siècle. D’infimes traces de bleu, totalement invisibles à l’oeil nu, ont pu être repérées grâce à des méthodes d’examen novatrices. Ces traces permettant d’affirmer que la statue était polychrome, tout au moins en partie ; le manteau de la Victoire devait être décoré d’un galon coloré. La couleur est du bleu égyptien, couramment utilisé dans le monde antique.

Autre découverte : une mèche s’échappant du chignon de la Victoire est apparue à l’arrière du cou, cachée sous un bouchage en plâtre moderne, datant du XXe siècle. À la lumière des résultats d’analyses, la commission de restauration, composée d’experts français et internationaux, a décidé collégialement de la marche à suivre pour nettoyer les marbres et les plâtres. Elle s’est réunie une deuxième fois en décembre 2013 pour valider unanimement les étapes suivantes. Le lent et patient travail des restaurateurs durera plusieurs mois.

La Victoire de Samothrace devrait retrouver sa place en couronnement de l’escalier Daru à la fin du mois de juin ou au début du mois de juillet. Le chantier visant à redonner tout son lustre à l’escalier Daru est en cours. Les échafaudages nécessaires au nettoyage des voûtes, des verrières et des parois hautes de cet ensemble architectural monumental (20 m. de large sur 34 m. de long et 22 m. de haut, soit l’équivalent d’un immeuble de cinq étages) masquent plusieurs murs. Pour laisser cet important noeud de circulation ouvert, les emprises au sol sont réduites au maximum et le chantier fonctionne par tranches successives. Les échafaudages sont déplacés de quelques mètres le mardi, ce qui allonge la durée du chantier. La rénovation de l’escalier constitue ainsi un poste important dans le coût global. Elle doit se terminer en mars 2015.

Il est possible de suivre la restauration en cours sur www.louvresamothrace.fr

Commentaires via facebook
(191 visites sur cette page - compteur installé sur le site le 22 juillet 2014)
(1 visites aujourd'hui)
Pocket

Tags: , , , ,

1
Poster un Commentaire

avatar
1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
1 Auteurs du commentaire
JA Auteurs de commentaires récents

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
JA
Invité

les français aiment leur patrimoine, bravo