Reliques Des objets religieux pas comme les autres

Article pouvant être lu en 2 minute(s) (hors éléments audio ou vidéo)

PATRIMOINE RELIGIEUX

Lu dans la Croix le 29 avril 2013 :

Relique exposée au musée des arts religieux de Fourvière, à LyonA Lyon, des reliques mises en lumière

Dépositaire de nombreuses reliques confiées à sa garde, le musée d’art religieux de Fourvière expose ces objets de dévotion.

Au printemps dernier, les Hospices civils de Lyon (HCL) décidaient de mettre en vente le mobilier des nombreuses chapelles de son patrimoine, suscitant un tollé. L’objet du scandale ? La vente de reliques. Les HCL ont fini par les céder à l’archevêché de Lyon, qui les a aussitôt confiées au musée d’art religieux de Fourvière, attenant à la basilique.

Le sanctuaire marial n’a pas vocation à les accueillir. Et pourtant. Au fil des décennies, plus de cinq cent d’entre elles y ont été déposées. Dernièrement encore, une communauté de religieuses s’est défaite, après réfection de sa chapelle, de ses reliquaires d’autel, dont l’un contient un fragment de tissu rougi du sang du curé d’Ars.

Les deux anecdotes témoignent d’un rapport ambivalent aux reliques,reliquiae en latin. Des « restes » humains de saints, ou des objets leur ayant appartenu, à la fois délaissés et auxquels l’on tient. Certes, elles suscitent un regain d’intérêt, comme le montre le « succès » planétaire des reliques de Thérèse de Lisieux ou l’engouement pour la vénération du sang de Jean-Paul II….

logo la Croix

Lire la suite sur le site la-croix.com

A propos de la vente reliques, lire aussi

 

Commentaires via facebbok
(51 visites sur cette page - compteur installé sur le site le 22 juillet 2014)
(1 visites aujourd'hui)

Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  Subscribe  
Me notifier des