Vendée Faut-il démolir la chapelle des Demoiselles ?Article pouvant être lu en 3 minute(s) (hors éléments audio ou vidéo)

VENDEE

Lu sur le Blog de William Chevillon :

Chapelle sainte Thérèse-de-saint-jean de mont Vue intérieure, photo William Chevillon

Vue intérieure, photo William Chevillon

La destruction de la chapelle Sainte-Thérèse est-elle réellement inéluctable ?

Au sud de Saint-Jean-de-Monts, sur la limite avec Saint-Hilaire-de-Riez, le quartier de la plage des Demoiselles (lotissement final de 75 hectares de superficie) tient son nom du terrain hérité de deux sœurs… (…) A l’époque où une prise de conscience tardive a permis de sauvegarder nombre de bâtiments d’architecture d’inspiration balnéaire des fleuves de béton, la chapelle Sainte-Thérèse vit ses derniers instants, promise à une destruction totale (hors vitraux notamment).

L’argumentation de la paroisse évoquée en octobre 2011 parlait de la nécessité d’effectuer des travaux de réhabilitation, notamment en lien avec les normes d’accessibilité aux personnes à mobilité réduite. Par ailleurs, l’état du bâtiment présente certaines dégradations comme des fissures, de la vétusté et de l’amiante dans la chapelle d’été ou encore un gonflement des pierres par l’humidité entrainant la dilatation de certains vitraux.

 

Néanmoins, le bâtiment d’origine reste globalement sain et intègre, en témoigne la fiche d’inventaire réalisée en 2011 par le service patrimoine de la Région des Pays de la Loire qui parle de « bon état ». Malgré tout, l’avant-projet présenté par la paroisse Saint-Martin-des-Monts (et validé par le Diocèse de Luçon) le 23 avril 2014 est celui d’une chapelle entièrement neuve dessinée par le cabinet local OPS et d’une superficie totale de 230 m2 (contre plus de 600 m2 pour la totalité des bâtiments actuels).

A l’époque où une prise de conscience tardive a permis de sauvegarder nombre de bâtiments d’architecture d’inspiration balnéaire des fleuves de béton, la chapelle Sainte-Thérèse vit ses derniers instants, promise à une destruction totale (hors vitraux notamment). L’argumentation de la paroisse évoquée en octobre 2011 parlait de la nécessité d’effectuer des travaux de réhabilitation, notamment en lien avec les normes d’accessibilité aux personnes à mobilité réduite. Par ailleurs, l’état du bâtiment présente certaines dégradations comme des fissures, de la vétusté et de l’amiante dans la chapelle d’été ou encore un gonflement des pierres par l’humidité entrainant la dilatation de certains vitraux.

Néanmoins, le bâtiment d’origine reste globalement sain et intègre, en témoigne la fiche d’inventaire réalisée en 2011 par le service patrimoine de la Région des Pays de la Loire qui parle de « bon état ». Malgré tout, l’avant-projet présenté par la paroisse Saint-Martin-des-Monts (et validé par le Diocèse de Luçon) le 23 avril 2014 est celui d’une chapelle entièrement neuve dessinée par le cabinet local OPS et d’une superficie totale de 230 m2 (contre plus de 600 m2 pour la totalité des bâtiments actuels)…

Lire la suite sur williamchevillon.over-blog.com

Commentaires via facebbok
(118 visites sur cette page depuis l'installation du compteur sur le site le 22 juillet 2014)
(1 visites aujourd'hui)

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz