Pâques au Saint Sépulcre… en France. A visiter

Article pouvant être lu en 5 minute(s) (hors éléments audio ou vidéo)

Il existe en France des répliques du Saint Sépulcre de Jérusalem. Souvent des souvenirs de croisade ou de pèlerinage…

À l’occasion du centenaire de la réalisation de l’enclos du Saint Sépulcre de Notre-Dame du Chêne (Sarthe), le 29 mars 1996, Dom Soltner, de l’Abbaye Saint Pierre de Solesmes, avait donné une conférence sur le saint Sépuclcre de Jérusalem, ses imitations en Europe, et plus particulièrement sur la construction de la réplique sarthoise de 1896.

Les imitations du Saint Sépulcre

Il suffit de voir ce que tout pèlerin rapporte de voyage pour comprendre que «la reproduction par l’image ou en fac-simile des monuments qui sont au loin l’objet d’un culte spécial, répond bien aux aspirations de notre nature».
C’est ainsi que sont nés les calvaires, les chemins de croix, et, pour l’époque contemporaine, les grottes de Lourdes, entre autres. Ne pouvant se rendre en personne au lieu qu’il désire vénérer, l’homme en réalise une copie à proximité de sa maison.

Les imitations du Saint Sépulcre remontent surtout au Moyen-Âge. Elles sont variées, car le monument qui
recouvre le Tombeau du Christ a varié selon les vicissitudes que nous avons évoquées. De plus, les réalisateurs ont manqué de documents pour construire des copies fidèles. Était-ce d’ailleurs leur premier souci ? Notre souci archéologique leur était souvent étranger : on songeait plutôt à faire une oeuvre belle, selon les canons de l’époque. On ne s’étonnera donc pas de trouver, par exemple, des mélanges de styles dans le même monument.

Des antiques reproductions occidentales de l’édicule primitif détruit en 614, il ne reste rien. Il serait fastidieux
d’énumérer les églises où l’on peut voir ces diverses imitations. On cite habituellement, comme la plus ancienne qui
nous soit connue, celle d’Eichstaedt en Bavière, qui reproduit l’édicule tel qu’il exista de 626 à sa destruction en 1010.

A l’époque des Croisades et du grand élan vers la Terre Sainte, les reproductions de ce genre ont été nombreuses en Occident. Citons, entre autres, Capoue, Bologne, Valence, Fulda, Troyes, Limoges, Neuvy-Saint Sépulcre dans l’Indre, etc. Certaines ont disparu depuis longtemps et ne nous sont connues que par les documents.

Après la reconstruction de 1555 à Jérusalem, beaucoup d’imitations verront le jour en Allemagne et surtout en Autriche. Puis, au XVIIe siècle, apparaîtront les fac similés en métal, sortes de reliquaires, où l’on déposera volontiers le Saint Sacrement pendant la Semaine Sainte (un peu comme à Solesmes, où le reposoir du Jeudi Saint s’insère admirablement dans la scène de l’Ensevelissement du Christ). Déjà au XVIe siècle les pèlerins rapportaient de Terre Sainte de petits modèles du Saint Sépulcre en bois, parfois incrustés de nacre ou d’ivoire. L’époque moderne en verra apparaître de toutes matières et de toutes dimensions…

La construction du Saint Sépulcre de Notre-Dame du Chêne n’est donc pas une innovation ni une invention. Il a
fallu le répéter en 1896 auprès d’esprits chagrins enclins à dénigrer le projet. Sa seule caractéristique sera d’être
menée avec un plus grand souci d’exactitude, et d’être réalisée en pleine nature, alors que les imitations des siècles
passés étaient quasiment toujours à l’abri des intempéries, dans des églises le plus souvent. »

Pour l’anecdote, les pèlerins sarthois étaient partis par bateau vers Jérusalem et avaient rejoint pour cela le grand pèlerinage de Notre-dame de Salut, organisé par les Augustins de l’Assomption, fondateurs quelques années auparavant du journal Le Pèlerin.

Un siècle plus tard, ce vénérable hebdomadaire n’a pas hésité à accorder un prix, dans le cadre de son concours Un Patrimoine pour demain, pour la restaraution de cette copie du saint Sépulcre.

Quelques évocations du saint Sépulcre et de la mise au tombeau en France :

  • Neuvy-Saint-Sépuclre (Indre) : « Fondée entre 1034 et 1049, l’église Saint-Etienne était à l’origine située dans l’enceinte d’un château fortifié qui servait de refuge à la population. Sa rotonde abritait la relique du Saint Sang et était l’objet d’un pèlerinage très fréquenté. »
  • L’église Saint-Sépulcre à Saint-Omer (Pas de Calais) :  » L’église Saint-Sépulcre qui doit son nom à la participation de trois seigneurs audomarois aux croisades…. »
  • La chapelle du Saint-Sépulcre (Drôme) : «  Cette Chapelle est née de la volonté d’un évêque , comte de St Paul après un pèlerinage à Jérusalem en 1508 : Guillaume Adhemar du Monteil. Depuis la chapelle, on a une vue magnifique sur les montagnes de la Lance, Clansaye etc.. Le cadre est protégé et fait le bonheur des artistes peintres. Son architecture est celle du Saint- Sépulcre, à 6 pans…
  • L’église du Saint-Sépulcre à Abbeville (Somme) :  » Seule la tradition rapporte que l’église du Saint-Sépulcre a été fondée pour commémorer le rassemblement à Abbeville des Croisés du Nord de la France réunis par Guy de Ponthieu et passés en revue par Godefroy de Bouillon… »

Autres évocations

  • La commune de Villers Saint Sépulcre (Oise) : « Ce village se trouve dans la vallée du Therain à 52 mètres d’altitude entre Beauvais (préfecture) et Mouy. (Il) prit le nom de Saint-Sépulcre en 1060 lors de la fondation d’un prieuré destiné à recevoir une pierre du Saint-Sépulcre rapportée de Terre Sainte par Lancelin, fils du châtelain de Beauvais, seigneur de Villers.
    Après la démolition de l’église prieurale, à la Révolution, la relique, enchâssée dans une monture de cuivre dorée 17ème, fut transportée dans l’église paroissiale où elle a été volée en 1970… »
  • Les sépulcres de l’Eure :  » Le thème de la Mise au tombeau du Christ a été très souvent représenté dans les églises gothiques. Il était prisé des Cordeliers, qui avaient la charge de garder les Lieux Saints. (…) On peut voir dans l’Eure deux sépulcres du début du 16ème siècle à Louviers et à Verneuil sur Avre…. »
Verneuil sur Avre, avril 2014 / BS pour Patrimoine en blog

Verneuil sur Avre, avril 2014 / BS pour Patrimoine en blog

Cette liste pourrait être plus complète si vous révéliez les sites que vous connaissez…

Merci de vos commentaires et n’hésitez à communiquer un lien vers un site internet qui les décrit.

(512 visites sur cette page - compteur installé sur le site le 22 juillet 2014)
(1 visites aujourd'hui)
S’abonner
Notifier de
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

1 Commentaire
Newest
Oldest Most Voted
Inline Feedbacks
View all comments
Michel VOGLER

Deux remarques, si vous me permettez, sur cette page très intéressante : 1) Les deux liens vers l’enclos du Saint Sépulcre de Notre-Dame du Chêne (Sarthe) et vers le texte intégral de la conférence (en version pdf) de Dom Soltner ne sont pas valides. 2) Par ailleurs, la page http://www.art-roman.net/neuvy/neuvy.htm (qui présente de très belle photos de la basilique) comporte hélas une faute d’orthographe : il y a un « H » à Neuvy-Saint-Sépulchre (code INSEE : 36141) ; d’après certains auteurs, il s’agirait d’une tradition fixée par des clercs qui rapprochaient le sépulcre et l’adjectif latin PULCHER (= beau) et exprimaient ainsi la splendeur du… Lire la suite »