Le budget de fonctionnement de la Fondation du patrimoine est menacé

Article pouvant être lu en 2 minute(s) (hors éléments audio ou vidéo)

 

MECENAT – FONDATION DU PATRIMOINE

Information, datée du 16 septembre 2016 et lue sur le site des Echos, sous la plume de Martine Robert :

La Fondation du patrimoine en danger

.

Plus de 300 mécènes ont participé financièrement, aux côtés de la Fondation d'entreprise Total et de la Fondation du patrimoine de Bretagne, à la réfection du pont de Saint-Cado, dans le Morbihan. - Photo Yvon Boelle/Fondation Total

Plus de 300 mécènes ont participé financièrement, aux côtés de la Fondation d’entreprise Total et de la Fondation du patrimoine de Bretagne, à la réfection du pont de Saint-Cado, dans le Morbihan. – Photo Yvon Boelle/Fondation Total

Cette structure a soutenu 25.600 projets en 20 ans et généré 2,9 milliards d’euros de travaux. Mais son budget de fonctionnement est menacé.

« Oui, nous avons d’énormes raisons d’être inquiets », avertit sans ambages François-Xavier Bieuville, le directeur général de la Fondation du patrimoine, pourtant incontournable dans le paysage du mécénat territorial. Un tiers du budget de cette structure, chargée de sauvegarder en particulier le patrimoine de proximité, provient d’une partie du produit des successions en déshérence que lui reverse l’Etat (50 %, porté à 75 % depuis janvier). Or, ce montant est passé de 11,4 millions en 2014 à 8 en 2015 et à 4,3 cette année. « Cela s’explique à la fois par la diminution de la valeur de l’immobilier en province, par le fait qu’un nombre croissant de successions ne disposent d’aucun actif et par le développement des technologies de l’information qui permettent de mieux retrouver les héritiers », précise François-Xavier Bieuville.

Les frais de fonctionnement de la Fondation ont beau être réduits au maximum, ils s’élèvent à environ 8 millions d’euros par an, dont la moitié est affectée à la masse salariale (72 permanents, dont 22 à Paris et 50 en régions). S’appuyant essentiellement sur 600 bénévoles, l’institution peut difficilement réduire la voilure. D’ailleurs, sa gestion a été saluée par la Cour des comptes en 2013.

Des milliers d’emplois préservés

Créée par la loi du 2 juillet 1996, cette structure a, en effet, soutenu plus de 25.600 projets en vingt ans et généré 2,9 milliards d’euros de travaux. En 2015, elle a accordé 1.250 labellisations à des propriétaires privés, leur ouvrant la voie à des déductions fiscales incitatives : ainsi, 59 millions d’euros de travaux ont pu être menés. « La fondation est un outil de revalorisation des territoires, de cohésion sociale, de transmission de savoir-faire ; ce sont des dizaines de milliers d’emplois créés », poursuit François-Xavier Bieuville. Son rôle est non négligeable dans l’insertion professionnelle des publics en difficulté, dans l’apprentissage, dans l’emploi local : en 2015, la fondation a préservé 8.500 emplois dans le bâtiment et les métiers d’art. A l’origine de nombreux partenariats public-privé, elle sert de déclencheur à nombre de chantiers.Pour toutes ces raisons, le grand public comme les entreprises soutiennent la fondation. Sur un budget de… Lire la suite sur La Fondation du patrimoine en danger, Services – Conseil

Lire aussi sur le même sujet

Commentaires via facebbok
(172 visites sur cette page depuis l'installation du compteur sur le site le 22 juillet 2014)
(1 visites aujourd'hui)

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz