Culture et patrimoine dans les programmes de François Fillon et d’Alain Juppé

Article pouvant être lu en 4 minute(s) (hors éléments audio ou vidéo)

POLITIQUE

Information lue et extraitre d’un articcle d’Elena Scappaticci publié sur le site du Figaro :

La culture, «pilier» des programmes de François Fillon et d’Alain Juppé

logo-figaro-1871x1946Si les deux qualifiés pour le second tour de la primaire de la droite et du centre divergent nettement sur les questions économiques ou de société, leurs projets de politique culturelle se rejoignent par bien des aspects. Revue détaillée de leurs propositions.

Un premier constat s’impose: la culture a été la grande absente des trois débats télévisés auxquels ont participé les candidats à la primaire de la droite et du centre. Et pour cause: seuls quatre des sept participants ont choisi de la faire apparaître dans leur programme (Nicolas Sarkozy, Bruno Le Maire, Alain Juppé et François Fillon). Chez Jean-Frédéric Poisson comme chez Nathalie Kosciusko-Morizet, nul volet culture n’apparaît dans les projets mis à la disposition des Français. Quant à Jean-François Coppé, il s’est seulement prononcé en faveur de la suppression pure et simple du régime des intermittents.

Sur le terrain culturel, les deux qualifiés au second tour de la primaire ont pourtant affûté leurs armes. Dans leurs programmes, Alain Juppé et François Fillon accordent chacun une place de choix au volet culturel, chiffres et propositions concrètes à l’appui.

C’est tout de même le maire de Bordeaux qui se démarque nettement avec son discours du forum d’Avignon. Prononcé le 31 mars, ce manifeste proclame la culture comme «socle» de son projet, aux côtés de deux autres piliers: le patrimoine et l’éducation. «Parce que je sais tout ce qu’elle m’a apporté dans ma vie d’homme, tout ce qu’elle a nourri en moi, je veux mettre la politique culturelle au cœur de mon projet politique national et européen», déclarait ainsi le candidat.

Bien qu’il n’en fasse pas l’acte fondateur de sa campagne, François Fillon, de son côté, consacre 9 pages de son programme présidentiel à la culture, avec une introduction forte dans laquelle il rappelle qu’elle «constitue le pilier de notre identité». «Socle», «pilier», chez les deux candidats, la terminologie employée est donc quasiment identique. François Fillon affirme également mettre au cœur de son projet «une politique culturelle volontariste et déterminée» et entend combattre «la fracture culturelle» existant entre les élites et le peuple.

En substance, le constat de départ des deux candidats est identique: tous deux déplorent la perte d’influence du modèle culturel français à l’étranger, et regrettent que les quinquennats de Nicolas Sarkozy et de François Hollande aient, selon eux, totalement «oublié» la culture. Sur bien des points, les deux candidats s’accordent également sur les solutions à mettre en œuvre pour redresser un secteur qu’ils considèrent en crise.

● Revaloriser le patrimoine

La revalorisation du patrimoine se taille une place de choix dans les deux programmes. Mesure phare du projet de François Fillon, le plan «Patrimoine pour tous», qui prévoit de consacrer 2 milliards d’euros sur 5 ans à la restauration des monuments et objets d’art (soit 400 millions d’euros par an, au lieu de 328 aujourd’hui). Chez Alain Juppé, la réhabilitation du patrimoine passerait par un «Plan Patrimoine décennal» comportant notamment un volet de formation de main-d’œuvre spécialisée dans le bâtiment et la restauration. Le candidat souhaiterait également organiser dans chaque région des «Assises régionales du patrimoine» afin de renforcer la coopération entre différents acteurs du secteur à l’échelle locale.

● Faire de la France un «champion» de l’industrie culturelle

Autre priorité nationale: freiner la baisse d’influence du modèle culturel français à l’étranger. Aucun des deux candidats ne remet donc en cause le principe de «l’exception culturelle» qui, depuis 1993, protège notre industrie audiovisuelle et cinématographique des règles commerciales du libre-échange. L’objectif est au contraire de le renforcer…

● Encourager le «mécénat populaire»

Autre préoccupation majeure des deux candidats, qui souhaitent réduire drastiquement la dépense publique, drainer les fonds privés vers la culture et accélérer la diversification des mécènes, en mettant notamment l’accent sur le financement participatif.

Alain Juppé propose ainsi un «acte II» à la loi Aillagon relative au mécénat, aux associations et aux fondations qui favoriserait notamment le développement du mécénat «populaire» (au travers des plateformes de financement participatif, de la valorisation du bénévolat et des appels à la générosité publique). Il suggère également de relever le plafond des dons déductibles pour les TPE et PME afin de favoriser l’émergence d’initiatives à l’échelle locale. Finalement, Alain Juppé souhaite encourager l’émergence d’un «mécénat européen» pour des causes d’intérêt commun… Lire la suite et l’intégralité de l’article sur La culture, «pilier» des programmes de François Fillon et d’Alain Juppé

Commentaires via facebbok
(556 visites sur cette page depuis l'installation du compteur sur le site le 22 juillet 2014)
(1 visites aujourd'hui)

Poster un Commentaire

2 Commentaires sur "Culture et patrimoine dans les programmes de François Fillon et d’Alain Juppé"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
guy.martin.reportage@wanadoo.fr
Invité
guy.martin.reportage@wanadoo.fr

Merci de partager ces infos. Oui nous sommes attachés à la préservation du Patrimoine. Fillon avait d’ailleurs, fait un grand geste alors PM, au profit de la restauration de bâti ancien dans le programme de relance économique financé par l’emprunt national. De nombreux travaux sur églises et cathédrales ont pu être lancés. Guy M.

wpDiscuz