L’hospitalité dans une église peut-elle être cultuelle ?

Article pouvant être lu en 2 minute(s) (hors éléments audio ou vidéo)

L’accueil d’une activité profane dans une église par la communauté chrétienne peut-elle être cultuelle ?

Il ne maque pas de « r » au dernier mot de la question qui, elle-même, s’inscrit dans le contexte d’une réflexion sur les usages partagés

Ouvrir l’usage d’une église à une manifestation profane, qu’elle soit municipale ou associative, n’est sans doute plus un tabou absolu (cf colloque de Nancy sur le devenir des églises).

Mais celles -ci ne saurait se produire sans conditions préalables et dûment réfléchies.

La première serait d’abord que l’invitation émane de la communauté chrétienne, autrement dit de l’affectataire.

Invitation signifie accueil, voir mot d’accueil d’un représentant de la-dite communauté.

S’il va de soi que la réunion profane ne saurait entrer dans le champ cultuel, le mot d’accueil peut-il lui y entrer ?

Disons les choses autrement :

Une municipalité souhaiterait, par exemple, organiser une réunion d’information de la population sur un sujet donné. L’église du village serait assez grande pour y accueillir le plus de monde possible.

Imaginons que cela soit rendu possible par l’invitation de l’affectataire et de son délégué local. Comment, alors, la communauté chrétienne pourrait-elle s’y prendre pour manifester publiquement cette hospitalité et s’y préparer ?

Osons quelques suggestions :

La communauté chrétienne locale peut-elle être invitée à un temps de prière -fut-il court- organisé avant l’accueil du public ? Cette prière peut être à l’intention des personnes qui se réuniront dans l’église plus tard.

La réunion profane peut-elle être précédée d’un petit mot d’accueil par un représentant de la communauté chrétienne ?

Mais alors que dire ?

Sans doute des choses simples : que la communauté chrétienne est heureuse d’accueillir tout le monde, sans distinction de foi, que cette église (peut-être bâtie par des anciens de la commune) appartient finalement à tous à ceux qui vienne y prier comme à ceux qui la regarde depuis la place du village, qu’enfin, selon les chrétiens, la vie des hommes intéressant Dieu, il n’est pas incongru que se joue sous Ses yeux une part de leur vie et de leur avenir (suivant l’ordre du jour de la rencontre accueillie) pourvu, église oblige, les participants aient à cœur à dialoguer e à s’écouter avec paix et bienveillance…

Ainsi la prière préparatoire et le mot d’accueil ne pourraient-ils pas entrer pleinement dans l’activité cultuelle de l’église ?

Cela semble-t-il farfelu ? Si vous avec des remarques, des idées et d’autres suggestions, elles sont les bienvenues.
N’hésitez pas à m’en faire part. Merci d’avance.

Commentaires via facebook
(180 visites sur cette page - compteur installé sur le site le 22 juillet 2014)
(1 visites aujourd'hui)

Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
Notifier de