Où sont donc les 5 000 églises menacées de délabrement ?

Pocket
Article pouvant être lu en 5 minute(s) (hors éléments audio ou vidéo)

Le Figaro titre à la Une de son édition du 25 avril 2019 Plus de 5 000 églises menacées de délabrement. Inquiet, j’ai vérifié ces chiffres sur l’inventaire de l’Observatoire du Patrimoine religieux… et j’y ai découvert tout autre chose.

Le Figaro du 25 avril 2019

Depuis plus de dix ans, j’essaie de suivre l’actualité du patrimoine religieux j’ai moi même tenu sur ce blog pendant une dizaine d’année un recensement des églises menacées. Au pire des années, j’en dénombrais et nommais 400 en danger. En danger mais pas abandonnées car quasiment toutes se trouvaient sous la coupe d’une association de sauvegarde qui se démenait pour la sauver. Je n’ignore pas non plus qu’il doit bien exister des agonies silencieuses. Les propriétaires d’édifices en voie de délabrement en font rarement la publicité.

J’ai donc été interloqué et inquiété par cette annonce de 5 000 églises menacées de délabrement. Puisque l’inventaire de l’Observatoire du patrimoine religieux en est la principale source, je suis allé vérifier.

En sélectionnant uniquement les édifices catholiques, j’ai utilisé les différents critères proposés. ce qui donne ceci à l’échelle nationale :

  • Édifices catholiques « en péril », avec « activité de culte » : 1. Soit l’église Saint-Cyr Sainte-Juliette de Nonant-le-Pin (Orne) :  » L’église est fermée depuis 2014 en raison de son état de dégradation. » Or je viens d’apprendre depuis la publication de cette note que cette église a été restaurée et rendue au culte à Noël 2018 !
  • Édifices catholiques « en péril’, sans « activité de culte » : 2. soient l’église Saint-Julien à Poézat, dans l’Allier ( « Le maire après refus de la DRAC a décidé un arrété de mise en péril après menace de l’effondrement de la voute du choeur » ) et la chapelle Chapelle Saint-Hubert-du-Prey à Sainte-Marguerite-d’Elle, dans le Calvados (« Une Association des amis de la chapelle Saint-Hubert-du-Prey s’est constituée en 2005. Pour une mise hors d’eau provisoire et la pose de bac acier, la Sauvegarde de l’Art français a accordé une aide de 2 000 € en 2006. » (Louis Le Roc’h Morgère). Cette association a malheureusement été dissolue en 2012″).
  • Édifices catholiques  » fermés au public », avec « activité de culte » : 0
  • Édifices catholiques « fermés au public », « sans activité de culte » : 9 dont 5 églises, une chapelle et deux « anciennes églises »
  • Édifices catholiques « en ruine » : 574. quasiment tous sont des vestiges de bâtiments détruits ou abandonnés depuis la révolution française, ou des guerres mondiales. le plus grand nombre est constitué d’anciennes abbayes
  • Édifices catholiques avec « gros travaux nécessaires », avec « activité de culte » : 233
  • Édifices catholiques avec « gros travaux nécessaires », « sans activité de culte » : 244
  • Édifices catholiques avec un « entretien nécessaire », avec
    « activité de culte » : 3 692. Parmi ëux on trouvent de nombreuses abbatiales dont l’abbaye du Mont Saint-Michel, la plupart des cathédrales de France, des églises et des chapelles, mais aussi des oratoires, des « locaux interparoissiaux » (Local interparoissial Ermont-Sannois Les Passerelles, à Pontoise)…
  • Édifices catholiques avec un « entretien nécessaire », sans
    « activité de culte » : 1 154

Quels enseignements tirer ?

Une perle. Des églises multicentenaires pourraient-elles neuves ?
  1. Pour savoir de quoi on parle, distinguons les différents statuts des édifices. Qu’entend-on par église ? Une église vouée au culte, que l’on imagine au centre village, ne suscite pas forcément le même émoi qu’une ancienne église ou chapelle désaffectée depuis deux siècles.
  2. Qu’entend-on par menacée de délabrement ? Les bâtiments qui demandent des entretiens constants sont d’autant plus nombreux qu’ils sont âgés. L’abbaye du Mont Saint-Michel, par exemple, est en constants travaux, comme nombre de nos cathédrales. Sont-elles pour autant menacées de délabrement ?
  3. Que signifie un entretien nécessaire ? Il est vrai qu’en France nous serions champion dans la construction et la reconstruction et nettement moins bons dans l’entretien simple et ordinaire de nos édifices religieux et historiques. Mais à partir de quel critère, l’entretien nécessaire inscrit un monument sur la voie du délabrement ? A moins qu’il soit induit qu’aucun de ces travaux ne sera fait.
  4. Une église, une chapelle ou une abbatiale en ruine, souvent depuis des siècles, doit-elle être reconstruite ? Pas nécessairement.
  5. Si on additionne les édifices en péril, fermés au public et nécessitant de gros travaux (dont peut supposer qu’ils témoignent d’un édifice en très mauvais état sanitaire), on dénombre 234 édifices catholiques, affectés au culte en danger, et 255 édifices anciennement voués au cultes en danger soit un total de 489 églises, chapelles, abbatiales et autres. Nous sommes alors pas si loin des recensements précédents.
  6. Où sont donc les 5 000 églises en voie de délabrement ?

Il semble que l’argent qui est tombé à flot pour la reconstruction de Notre-Dame ait fait tourner quelques têtes. Certes notre patrimoine religieux, tout comme notre patrimoine historique, mériterait d’être mieux soutenu et mieux entretenu. Mais il mérite pas pour autant tant d’approximation, de confusion et de contre-vérités, qui à terme nuiront et décourageront ceux qui s’emploient, souvent dans la difficulté, à non seulement sauver mais plus encore à faire vivre ce patrimoine qui nous tient à cœur.

Lire aussi

(1 019 visites sur cette page - compteur installé sur le site le 22 juillet 2014)
(2 visites aujourd'hui)
Pocket

Tags:

Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S’abonner  
Notifier de